menuMENU
Article09 avril 2020
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Personnes âgées : la boîte à outils de Jérôme Guedj

L'ancien député socialiste a rendu son rapport au ministre de la Santé. Face à l'isolement des personnes âgées dans le confinement, il propose de nombreuses initiatives, dont certaines, à croire Olivier Véran, pourraient se mettre en place rapidement.

Le très jeune préretraité de la politique reprend du service sur la question de l'isolement des personnes âgées. Sollicité le 23 mars par le ministre de la Santé (un ex-socialiste rallié à La République en marche), le toujours socialiste Jérôme Guedj, ancien député et ancien président du conseil départemental de l'Essonne, toujours membre de l'Inspection générale des affaires sociales, n'a pas hésité avant de mettre ses compétences au service de sa marotte de ces dernières années : la lutte contre l'isolement des vieux que le confinement ne peut qu'accentuer.

Mobilisation de 30 experts

Ce rapport remis à Olivier Véran en un temps record (le 5 avril) a été nourri non seulement de près de cent entretiens mais aussi de la mobilisation d'une trentaine de personnalités, acteurs de terrain ou experts. Jérôme Guedj estime que les événements actuels nous forcent à changer notre regard : « Le pays tout entier, au diapason de la planète confinée, doit penser son action avec un œil de vieux, avec un œil de fragile. » Au final, 42 propositions, parfois surprenantes...

Une prime pour les héros du quotidien

Dans l'immédiat, le rapporteur insiste sur des mesures d'urgence pour limiter la mortalité de cette tranche d'âge. Il y a, dit-il comme d'autres, un vrai risque de pénurie de personnels. Aussi plaide-t-il pour leur fournir des matériels de protection, pour leur donner la priorité pour le dépistage, ou pour des facilités matérielles, comme l'hébergement à proximité ou encore la création d'une réserve médico-sociale (comme il en existe dans le sanitaire). Par ailleurs, Jérôme Guedj propose de laisser la possibilité aux familles dépistées négatives de reprendre, pour un temps, leur parent en bonne santé vivant en Ehpad. Pour l'ancien parlementaire socialiste, il paraît logique d'accorder une prime à tous ces héros du quotidien dans le soin et l'accompagnement aux personnes âgées.

Des gestes bienveillants

À l'image des gestes barrière, poursuit Jérôme Guedj, il nous faut adopter en direction de ces personnes des gestes bienveillants comme l'aide aux courses, la vigilance par rapport à leur état de santé et bien sûr, pour ne pas les fragiliser, le respect des gestes barrières. Il propose également que les différents organismes en lien avec cette tranche d'âge systématisent des appels téléphoniques réguliers. Les équipes citoyennes pour le lien social, à l'image de Monalisa, doivent essaimer sur l'ensemble du territoire.

L'attention au deuil

Jérôme Guedj se penche également sur les enjeux de la mort et du deuil. Sans faire de proposition précise, il demande une attention particulière sur les dégâts à moyen terme. Il écrit ainsi qu'il faut « respecter et accompagner ces nécessaires temps de deuil, leur caractère éminemment social, le soutien psychologique qu’ils sont susceptibles de requérir, et ce par des modalités nouvelles soutenant la résilience de tout un chacun, et notamment des personnes âgées isolées ».

Un numéro vert national

Constatant qu'environ dix millions de Français ont un rôle d'aidant, le rapport propose une ribambelle de mesures concrètes, comme la possibilité de bénéficier d'un arrêt de travail pour s'occuper d'un parent pendant la période du confinement (au même titre que la garde d'enfants).

Jérôme Guedj constate aussi qu'il existe diverses initiatives de plateformes téléphoniques pour les aînés, mais souhaite que se mette en place un numéro vert national dédié à l'isolement des personnes âgées. Ce numéro renverrait, quand ce serait utile, vers des numéros spécialisés (France Alzheimer, Solitud'Écoute) pour des réponses spécifiques. La mission ne s'est pas contentée d'émettre l'idée ; elle a déjà travaillé sur les dimensions opérationnelles.

Plus de relation entre Ehpad et associations

Sur la question des bonnes pratiques, Jérôme Guedj insiste sur un point : « Il faut tordre le cou à la figure de la personne âgée laissée pour compte : là aussi, tous les acteurs, et en premier lieu tous les salariés de ces structures, dont l’investissement n’a pas d’égal, déploient des trésors d’imagination et d’inventivité pour recréer du lien. » Malgré le confinement, des tas d'activités se déploient : « Des animations couloir, des promenades individuelles, la diffusion de musique à chaque étage ou encore un rendez-vous quotidien chant ». Pour l'avenir, il est préconisé d'intensifier les relations de collaboration entre les Ehpad et le tissu associatif pour ouvrir davantage ces lieux souvent méconnus.

Appeler tous les aînés

Même si de nombreuses initiatives se déploient localement, notamment via les CCAS, l'ancien député appelle à les prolonger en constituant des « cellules de coopération territoriale » sur la lutte contre l'isolement. Il ne conviendrait pas de décider d'en haut d'une organisation type, mais de tenir compte des particularités locales, associatives notamment, pour agir efficacement. Il s'agirait notamment de pouvoir appeler au téléphone systématiquement les personnes, notamment celles qui perçoivent la PCH ou l'APA. Or actuellement, les départements ne peuvent transmettre les coordonnées de ces allocataires aux communes. Dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire, il appelle donc à adapter la législation en ce sens.

Redéployer les moyens humains

Pour entrer en relation avec tous les aînés, ces cellules de coopération sont fondamentales dans le dispositif proposé par Guedj ; aussi exhorte-t-il à un grand déploiement de moyens humains. Pour le contact téléphonique, devraient être mobilisés les élèves fonctionnaires, les élus locaux ou nationaux, les agents locaux non mobilisés ; pour des missions de lien social, les jeunes du service civique ; pour le repérage des fragilités, les gardiens d'immeubles notamment. 

Répondre à dix besoins essentiels

Toute cette mobilisation doit être l'occasion de définir un plan d'action municipal à partir des dix besoins identifiés (faire ses courses, parler avec autrui, se soigner, retirer de l'argent, se méfier des arnaques...). 

Un dispositif d'habitat regroupé

Par ailleurs, Jérôme Guedj propose « une mise à l’abri de ces personnes à travers un dispositif d’habitat regroupé confiné permettant d’assurer plus aisément une continuité d’activité et une veille quotidienne ». Ce dispositif particulièrement audacieux qui supposerait une réquisition d'un hôtel, d'un externat, etc. « s’adresse notamment aux personnes en situation de grande précarité socio-économique ou qui sont sous tutelle ou mandat de protection judiciaire, ou aux personnes âgées vivant à domicile avec une personne handicapée. »  

Olivier Véran reprend cinq dispositions

Urgence sanitaire oblige, le ministre de la Santé et des Solidarités n'a pas hésité : il a annoncé que cinq mesures de ce rapport ambitieux allaient être mises en œuvre sans plus tarder. Il s'agit du renforcement du numéro d'appel actuellement géré par la Croix-Rouge, de l'engagement de téléphoner aux anciens (l'idée d'un échange des données sur les bénéficiaires APA ou PCH est retenue), la mise à disposition d'outils comme le plan d'action municipal,  la diffusion des bonnes pratiques et des initiatives locales qui luttent contre l’isolement... Par contre, le ministre ne prend pas position sur l'idée d'une prime exceptionnelle pour les soignants.

A lire également : 

- Image des personnes âgées : un bon rapport annonce-t-il une bonne loi ?

Coronavirus : peut-on préserver les Ehpad d'une hécatombe ?

- Confinement individuel en Ehpad : les conflits éthiques des Petits frères des Pauvres

NoëlBOUTTIER
ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres