menuMENU
Brève01 avril 2020
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Confinement individuel en Ehpad : les conflits éthiques des Petits frères des Pauvres

Les Petits frères des Pauvres ont réagi à la demande des pouvoirs publics d'aller, notamment dans les Ehpad, vers un confinement plus poussé, individuel (en évitant donc les chambres doubles). Ils mettent en avant les « conflits éthiques » que soulève cette décision. En effet, les deux termes de l'alternative ne satisfont pas le mouvement qui lutte contre l'isolement des personnes âgées. Le confinement individuel aboutit à une « interdiction des sorties individuelles, mesure parfois inévitable mais réellement difficile à mettre en œuvre sans entraver le droit d’aller et venir des résidents et leur état de santé moral et physique ». Sinon, les directeurs doivent « trouver, lorsque cela est possible, des alternatives parfois difficiles à porter. »  

Les paradoxes sont très difficiles à assumer car si le confinement protège, il contribue également à dégrader la situation mentale et physique des résidents. Sont notamment cités en tant qu'effets négatifs, les « capacités musculaires dégradées », « l'aggravation des états dépressifs et syndrome de glissement. » 

Dans ce contexte, les Petits frères des Pauvres qui ont mis en place de nouveaux modes de communication avec les personnes accompagnées, invitent à tout faire pour que cette situation de privation de liens sociaux ne dure pas trop longtemps. Cela suppose, estime le mouvement, la mise à disposition de matériel de protection pour tous et la réalisation d'un dépistage systématique.  

A lire également :

ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres