menuMENU
Brève11 juin 2020
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Une "prime Covid" réclamée pour tous les personnels du social et médico-social

Cette fois, les organisations montrent les dents. Pas moins de 18 d’entre elles cosignent une lettre ouverte au président de la République. Et derrière les formules de politesse, manifestement, elles fulminent. Car face au Covid-19, « le secteur social et médico-social a su répondre présent pour faire face et limiter ses effets sur les personnes les plus fragiles de notre société », rappellent ces associations et fédérations. Comme pour les soignants, comme pour les personnels des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), un « accord de principe gouvernemental » leur avait donc été « confirmé à de nombreuses reprises » pour verser une prime aux « professionnels de la protection de l’enfance, du judiciaire associatif, de l’insertion et du handicap ».

Or le « temps qui passe fait naître quelques incertitudes quant à la décision ». Et il est même question de laisser cette prime « à l’appréciation des financeurs concernés », tels que les départements. Le malaise, peu à peu, « laisse le pas à la colère », préviennent en chœur la Cnape, la Croix-Rouge française, l’Unapei ou l’Uniopss, qui évoquent un « climat social dégénérant ».

Les signataires réclament donc « une prime à tous les professionnels du secteur social et médico-social » et ce, « quel que soit le financeur ou le lieu d’exercice de l’activité ». Avant que le gouvernement ne donne ses instructions, elles préviennent : « Compter sur l’engagement des départements à octroyer cette prime ne saurait tenir que si l'État en est directement le financeur et le garant », à travers une dotation spécifique.

À lire également : 

ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres