menuMENU
Brève16 avril 2021
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Revalorisation des salaires dans le social et médico-social : CGT et FO ne signeront pas

Sans surprise, les trois organisations syndicales organisatrices de la grève du 8 avril, la CGT, FO et la CFE-CGC, rejettent le projet d'accord de méthode proposé par Michel Laforcade pour revaloriser les salaires de certains professionnels du secteur social et médico-social non lucratif. En discussion depuis plusieurs mois, le texte devrait donc être signé par la CFDT et par les trois fédérations employeurs (Croix-Rouge française, Fehap, Nexem).

Pour les syndicats non signataires (la CGT et FO, représentatifs), soutenus par la CFE-CGC (non représentative), ce texte « vise à diviser les salariés du secteur dans une négociation contrainte de rapprochement conventionnel » à laquelle ils sont opposés. D'ailleurs, selon eux, la confédération des employeurs Axess a déjà commencé à travailler en ce sens, en leur soumettant, lors de la commission paritaire de branche du 9 avril, « un projet de dispositions conventionnelles sur le contrat de travail » qui traduit leur volonté de « poser la première pierre d'une convention collective unique au rabais ».

Dans ce contexte, la CGT, FO et la CFE-CGC ne désarment pas et exigent la réouverture de négociations pour l'attribution des 183 euros pour tous les salariés du secteur social et médico-social ainsi que l'agrément « immédiat » de l'avenant 43. Les organisations préviennent enfin : « Nous prendrons toutes les mesures que nous jugerons nécessaires (…) pour renforcer et poursuivre la mobilisation afin d'obtenir satisfaction ».

A lire également :

ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres