menuMENU
Tribune libre27 avril 2020
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Mon Ehpad au temps du coronavirus (4) : Et les tests sont arrivés...

Voici un mois, nous commencions ce récit de la vie d'un Ehpad à Saint-Ouen écrit par sa directrice Eve Guillaume. Cette semaine, le quotidien est largement occupé par les tests des résidents et du personnel, ainsi que par le début des visites des familles.

Depuis 43 jours, les familles des résidents ne sont plus autorisées à entrer dans l’établissement, sauf exception : l’accompagnement en fin de vie. Les résidents s’impatientent. Se limiter à un coucou depuis la rue ou à la médiation d’un écran via Skype ne contente pas les familles. Depuis plusieurs jours, associations et syndicats réclament la réouverture progressive des visites. L’annonce d’Olivier Véran lors de sa conférence de presse dimanche soir sonne comme un premier pas vers la liberté.

Lundi 20 avril : l'urgence, c'est de dépister !

Aujourd’hui, c’est le jour du dépistage collectif. Depuis une semaine, l’Agence régionale de santé organise les modalités de celui-ci et nous faisons partie des établissements prioritaires.

C’est notre laboratoire privé habituel qui s’est mobilisé pour parvenir à dépister nos résidents et nos agents. Pourtant des questions persistent… Qui prescrit les tests aux agents ? Les médecins généralistes ont le droit de le prescrire aux personnes qui présentent des symptômes uniquement. Seule la médecine du travail pourrait en prescrire sans distinction mais il manquerait la publication d’un arrêté pour avoir les modalités. Quelles modalités de financement ? Doit-on prendre les cartes Vital des agents ? Est-ce que l’établissement prend en charge tous les frais ? La délégation départementale de l'ARS n’a pas encore la réponse à nos questions. Nous décidons avec le laboratoire de régulariser la situation a posteriori. L’urgence, c’est de dépister.

Les surblouses manquent à tout le monde : hôpital, Ehpad, clinique… mais aussi aux laboratoires qui pourtant sont particulièrement exposés lorsqu’ils réalisent des tests. Le dépistage sera donc réalisé prioritairement dans le jardin pour tous les résidents mobiles afin d’utiliser moins de matériel entre chaque personne. Une bonne excuse aussi pour emmener les résidents faire un tour à l’extérieur.

L’équipe d’animation improvise un chariot de glace pour occuper les résidents qui attendent leur tour, chacun sur sa chaise à 1m50 de distance. Tous les résidents acceptent de se faire dépister. Seules deux personnes ont eu des réticences avant d’accepter si l’acte était réalisé par une infirmière de l’établissement.

Ce matin, de nouveaux renforts sont arrivés d’un établissement public pour enfants en situation de handicap du département qui a fermé pendant le confinement. Une aide précieuse pour renforcer le lien social et les activités occupationnelles pour les résidents. Un second souffle aussi pour les équipes.

Mardi 21 avril : rencontres spéciales dans le jardin

Eve Guillaume, directrice de l'Ehpad

Dimanche soir, à notre grande surprise, le Premier ministre et le ministre en charge de la Santé ont annoncé le retour des visites des familles dans les Ehpad. Dès lundi matin, le téléphone sonne à l’accueil : « Quand pourrons-nous voir notre maman ? ». Pris de court, il faut rédiger les protocoles, organiser, prévoir la logistique. Heureusement, la semaine dernière, nous avions échangé avec les équipes sur l’organisation de visites dans le jardin.

Ces visites sont particulièrement encadrées : une charte à signer, un auto-questionnaire sur son état de santé, des règles de sécurité et d’hygiène précise, une fréquence et une durée déterminées. On adapte donc les recommandations nationales à notre fonctionnement. Les familles bénéficieront de deux créneaux de visite, sur réservation : à 15h et à 16h. Elles auront lieu prioritairement dans le jardin, dans un espace réservé où nous positionnons une table de jardin et trois chaises à bonne distance. Les familles ne passeront pas par l’établissement, elles se présenteront à l’accueil pour toutes les formalités : signer la charte, remplir le questionnaire, prendre sa température, compléter le registre d’entrée, mettre un masque chirurgical. Puis, ils se rendront directement dans le jardin, par le portail extérieur. Limiter les contacts, maîtriser le respect des règles. Une journée à rédiger des protocoles et des procédures pour enfin envoyer un mail aux familles en fin de journée afin de communiquer la démarche à suivre.

Cet après-midi, une association de Saint-Denis est venue à vélo nous apporter des pantalons chirurgicaux et des tabliers. Une entraide qui se poursuit. Ils ont désormais la possibilité de coudre des surblouses lavables à partir de tissus récupérés. Nous allons donc nous lancer dans la récupération de tissus pour nous constituer un précieux stock.

Mercredi 22 avril : deux résidents positifs

Le verdict est tombé : deux résidents sont positifs au coronavirus. L’un revient de l’hôpital et semble avoir passé le plus dur de la maladie, l’autre présente les premiers signes, en retard par rapport à ses voisins. Une bonne nouvelle pour l’établissement où nous avions plus de vingt résidents suspects il y a encore deux semaines. Les résultats du personnel seront connus en début de semaine prochaine.

Le mercredi, c’est aussi le jour de la conférence téléphonique hebdomadaire de tous les directeurs du département avec l’ARS. On y parle de tous les sujets d’actualité : pénurie de matériel, organisation des dépistages par PCR, lien avec les filières gériatriques… Depuis le début de l’épidémie, l’ARS veille à nous appeler tous les deux jours pour faire un point de situation, faire remonter nos difficultés. Des appels nombreux, parfois redondants et agaçants dans notre quotidien, sans compter l’enquête journalière dont le format évolue de semaine en semaine. Mais cette organisation a permis de débloquer des situations : récupération de matériel (masques FFP2, gels hydroalcooliques, kits visiteurs avec blouses, charlottes et masques…), renfort de personnel… Conscient que l’ARS, comme nous, tente de s’organiser au mieux chaque jour pour répondre aux nouveaux défis causés par cette crise.

Notre psychomotricienne a apporté son hautbois pour un petit concert dans le jardin. On ouvre les fenêtres des chambres, nous descendons des résidents dans le jardin, avec leur masque lorsque c’est possible et en les espaçant. Un résident est descendu dans le jardin avec sa propre flûte, les yeux malicieux, très fier de sa surprise.

Jeudi 23 avril : l'envie et la prudence

Les visites des familles débutent aujourd’hui. Un moment émouvant et tant attendu par le résident et ses proches. Parfois les résidents mettent un peu de temps à reconnaître leurs proches, une faille temporelle de presque deux mois alors qu’ils avaient l’habitude parfois de voir leur proche tous les jours. La mémoire joue des tours.

Le calendrier des visites se remplit progressivement mais sans précipitation. Les familles s’interrogent. Eux-mêmes parfois âgés ou avec des pathologies chroniques, est-ce prendre un risque que de venir ? L’envie prend souvent le dessus sur la prudence. Alors, nous rappelons dans notre charte que l’établissement a traversé une épidémie dont il n’est pas encore complètement sorti et qu’en venant dans l’établissement, les visiteurs s’exposent à un risque de contamination malgré toutes les précautions prises.

L’infirmière hygiéniste de notre territoire est venue aux transmissions pour une formation flash. Un rappel toujours nécessaire sur les règles d’hygiène face au coronavirus. Une occasion aussi de répondre aux inquiétudes professionnelles mais aussi personnelles du personnel. Cuisiniers, lingères, agents d’entretien ou soignants, tout le monde est présent.

Vendredi 24 avril : une piscine à bulles chez la doyenne

Nous relançons le circuit des admissions avec le médecin coordonnateur. En l’absence de la cadre de santé et de l’agent en charge des admissions, il nous faut reprendre chaque dossier un par un, depuis plus de deux mois. Pas de visite de pré-admission, une épidémie encore présente, nous sommes d’autant plus vigilants à ce que la structure soit adaptée à la prise en charge des demandeurs. Il faut aussi que les familles soient bien averties du risque épidémique encore présent malgré l’accalmie.

Des services ferment, des hôpitaux tentent encore de libérer des lits, les demandes ne manquent pas. Accueillir de nouveaux résidents est non seulement une nécessité budgétaire pour l’établissement, mais c’est aussi aller de l’avant pour les équipes, redonner du sens et un but.

Ce soir, Madame A, bientôt 105 ans, a transformé sa chambre en piscine à bulles. Elle a volontairement jeté de l’eau savonneuse partout. Hier elle avait déjà vidé toute sa chambre par le balcon et un résident récupérait au fur et à mesure chacune de ses affaires. Des troubles du comportement que l’on explique difficilement. On échange calmement avec elle et la psychologue. Au bout de quelques minutes elle est à nouveau apaisée. Elle observe les deux soignantes en train d’absorber l’eau « Tu te rends compte, je vais me coucher dans une chambre toute propre ! Qu’est-ce qu’elles travaillent bien les filles… Qu’est-ce que je vais faire maintenant ?» La soignante la regarde et lui répond « Ah non, les bêtises, c’est fini pour aujourd’hui » « Tu as raison, on verra ça demain ». Nous sommes alors prises d’un fou rire.

Week-end du 25 et 26 avril : vers un plan « bleu canicule » ?

Une résidente en fin de vie nous a quittés samedi. Cela faisait huit ans qu’elle était entrée dans l’établissement. Doyenne d’une grande famille, les enfants et quelques petits-enfants se relaient avec leur blouse, leur masque et leur charlotte pour un dernier au revoir. La douleur de ne pas pouvoir la toucher est terrible.

On avait tant espéré qu’elle attendrait la fin du confinement pour s’éteindre. Son rapatriement sur son île, la Martinique, était primordial pour elle. Sera-t-il possible dans ces conditions ?

Petit à petit, l’établissement semble reprendre son cours. Pendant quelques semaines, tous les projets ont été suspendus : réorganisation des services, projet architectural, préparation de la coupe Pathos, Cpom (contrat pluriannuel d’objectifs et de moyens). Même l’ERRD (état réalisé des recettes et des dépenses) et les tableaux Anap (Agence nationale d’appui à la performance) ont été décalés au 31 août.

Pourtant, les températures montent et nous n’avons qu’une crainte en tant que responsable d’établissement pour personnes âgées… que la crise se poursuive par une canicule. Alors après le plan bleu « Covid 19 », on pense déjà à remettre à jour notre plan « bleu canicule ». Anticiper.

La vie d'un Ehpad jour après jour 

Comment rendre au mieux compte du quotidien des professionnels que nous avons pour mission d'informer ? Confier un journal de bord à une directrice d'Ehpad nous a semblé essentiel surtout à un moment où le grand public découvre que les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) abritent une population très fragile.

Voici un mois, nous ne connaissions pas Eve Guillaume, toute jeune directrice en Ehpad. Nous l'avons « rencontrée » via son compte Twitter. Nous l'avons interrogé longuement pour un article « Comment les Ehpad pallient à tous les manques ». Nous avons souhaité que le fil que nous avions commencé à tisser avec cet Ehpad public de Seine-Saint-Denis ne se casse pas. Voilà pourquoi nous avons proposé à Eve Guillaume de tenir, au moins jusqu'à la fin du confinement, son journal de bord sur les grands et petits faits de la vie en établissement (que nous publions chaque semaine). Une façon de ne jamais oublier les plus vulnérables des vulnérables...

Qu’Eve et toute son équipe soient ici remerciés de prendre un temps précieux pour nous faire vivre ce combat pour la vie.

Retrouvez les trois premiers épisodes de ce carnet de bord :

EveGuillaume
ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres