menuMENU
Article04 mai 2020
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Handicap : Sophie Cluzel présente sa stratégie pour le déconfinement

Protection des plus fragiles, retour à l'école, reprise du travail... les grandes lignes du plan de déconfinement pour les personnes handicapées ont été annoncées par la secrétaire d'Etat Sophie Cluzel le 4 mai. Des fiches sur la réouverture des Esat et des accueils de jour sont diffusées aux professionnels.

À une semaine de la date théorique du déconfinement, la secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées, Sophie Cluzel, a présenté les principaux axes de sa stratégie pour le secteur du handicap, précisant qu'elle les détaillerait dans les prochains jours.

Premier principe qui répond au souhait des associations ? Les personnes handicapées ne se verront pas imposer de règles spécifiques. Pour autant, un « accompagnement renforcé, tenant compte d'une fragilité intrinsèque pour certaines personnes » est nécessaire.

Libre choix

Ainsi « aucune personne en situation de handicap ne se verra imposer de confinement prolongé » mais il s'agira « d'accompagner le choix des personnes et des familles ». Ce qui se fera « au travers d'une communication accessible et adaptée, d'outils d'aide à la décision ainsi que de mesures de soutien renforcées », promet-elle.

Public à risque

Pour soutenir les personnes les plus à risque (dont la liste figure dans l'avis du Haut conseil à la santé publique du 20 avril), « l'accompagnement à domicile sera renforcé, en particulier en appui de sorties d'hospitalisation » mais également pour aider les personnes ayant des difficultés d'appropriation des gestes barrières. 

La priorité est aussi de soulager les aidants en amplifiant et diversifiant les solutions de répit déjà proposées. Pour mémoire, début avril, la secrétaire d'État avait annoncé la réouverture des accueils temporaires de 7 à 14 jours.

Concernant la continuité des soins des personnes restant confinées, Sophie Cluzel précise qu'elle « travaille en lien avec le ministère de la Santé pour favoriser la reprise des soins, et accompagner les besoins spécifiques attachés aux difficultés apparues avec le confinement ».

Réouverture des externats

Autre gros sujet : le retour à l'école. Les élèves handicapés, considérés comme publics prioritaires, pourront faire leur rentrée selon le même calendrier que les autres écoliers. Les externats « seront également progressivement réouverts, quel que soit l'âge des enfants, dans le respect des consignes sanitaires, et selon un projet de reprise travaillé avec les personnes et leurs familles ».

Pour préparer cette reprise, les plateaux techniques des externats et accueils de jour pourront être mobilisés avant le 11 mai, « à la condition de respecter les mesures de protection sanitaire et d'accueillir un seul enfant par plateau ». Une fiche spécifique (ci-dessous en pièce jointe) détaille les conditions de cette réouverture. 

Les Esat avant le 11 mai

De même, les travailleurs handicapés pourront reprendre le travail au même titre que les autres salariés. Comme espéré par les acteurs, les établissements et services d'aide par le travail (Esat) « pourront engager une reprise progressive et adaptée de leur activité dès avant le 11 mai, pour permettre à la fois le renforcement de l'accompagnement des travailleurs qu'ils comptent en leur sein et la relance de leur activité commerciale ».

Interrogations sur la « sécurisation » 

Reste que la fiche sur les Esat diffusée pendant le week-end suscite des critiques de la part de l'association de directeurs Andicat. « Malgré nos nombreuses remarques lors de la concertation sur le contenu de cette fiche », le document « laisse encore de grandes interrogations, au premier rang desquelles la sécurisation des personnes dans un contexte perdurant de pénurie de masques, ainsi que la gestion des transports, des vestiaires et de la restauration interne dans un cadre de sécurité sanitaire », déplore son président Didier Rambeaux.

Simplification des droits

En matière de droits des personnes, des simplifications seront mises en place après le 11 mai, en particulier s'agissant des orientations scolaires. « Ces assouplissements permettront d'assurer la préparation de la rentrée scolaire 2020/2021 dans les meilleures conditions pour les enfants en situation de handicap », indique Sophie Cluzel, sans plus de précisions.

Par ailleurs, les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) maintiendront pendant la période du déconfinement les modalités d'accueil téléphonique renforcé et l'usage des outils de communication à distance pour les rendez-vous. Elles reprendront leur accueil physique « progressivement et de manière adaptée aux situations locales » .

Un numéro unique 

Enfin, le lancement d'un numéro de téléphone unique (le 360) pour répondre aux situations complexes d'accompagnement, initialement prévu pour 2021 lors de la dernière Conférence nationale du handicap, sera finalement lancé courant mai. « Au regard du contexte et des difficultés qui émergent avec la crise sanitaire, il a été décidé d'anticiper la mise en place de cette organisation territoriale et du numéro de téléphone associé (…) pour soutenir prioritairement les personnes et les aidants qui seraient en grande difficulté et sans relais dans cette période de crise sanitaire et de déconfinement », explique ainsi Sophie Cluzel. Il s'appuiera et renforcera les innovations mises en place pendant la crise par tous les acteurs. Un recensement des dispositifs existants sur les territoires, et qui seront reliés au numéro national, est en cours.

NoémieCOLOMB
ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres