menuMENU
Article01 février 2021
Abonnés
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Covid-19 : la Fondation Abbé Pierre dénonce la "double peine" pour les mal-logés

A l'occasion de la présentation de son 26e rapport annuel sur le mal-logement, la Fondation Abbé Pierre montre combien la crise sanitaire a de graves conséquences sur la vie des mal-logés. Et juge la réponse des pouvoirs publics totalement insuffisante.

La présentation du rapport sur l'état du mal-logement autour du 1er février – date de l'appel au secours de l'abbé Pierre pendant le cruel hiver 1954 – est devenue une institution.

Ces dernières années, un événement avait lieu à la Défense, devant quelques milliers d'acteurs du logement, et en présence de personnalités de haut niveau. L'an dernier, par exemple, les candidats aux élections municipales à Paris y avaient confronté leurs propositions.

« Bombe à retardement » 

Cette année sera plus modeste, évidemment, avec une présentation en visio du rapport et un dialogue avec la ministre chargée du Logement, Emmanuelle Wargon – qui pourrait annoncer de nouvelles mesures pour la prévention des expulsions locatives, sur la base du rapport parlementaire que vient de lui rendre le député (LREM) Nicolas Démoulin, au terme de la mission qui lui a été confiée l'automne dernier.

Quant au contenu du rapport de la Fondation, il porte, sans surprise, sur les effets de la crise sanitaire sur les mal-logés, ainsi résumés : « Double peine et bombe à retardement ».