menuMENU
Article18 mars 2020
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Coronavirus : le Haut-Rhin active le stade 3 de la solidarité

Dans l'un des départements les plus touchés par le coronavirus, le réseau APA, principalement dans l'aide à domicile, a activé tous les leviers de la mobilisation citoyenne pour continuer à répondre aux besoins des bénéficiaires.

Il s'en rappellera longtemps, Matthieu Domas, de ses premiers mois comme directeur du réseau APA. Arrivé en début d'année en remplacement de Pierre Kammerer, le jeune directeur gère depuis près d'un mois les conséquences du coronavirus qui a frappé ici plus tôt qu'ailleurs. Le Haut-Rhin est l'un des deux départements, avec l'Oise, où le covid-19 a déployé ses antennes avant les autres. Dans ce bout d'Alsace, les enfants ont été repliés chez eux une semaine avant les autres. On a déjà une expérience plus longue du confinement.

Annulation des interventions non indispensables

La partie Haut-Rhin du réseau APA (l'essentiel des 1 500 salariés) s'est organisée très vite, avant même que les écoles ferment le 6 mars. « Du fait de la fermeture des écoles, nous avons listé l'ensemble des personnes qui risquaient de ne pas être disponibles », explique le directeur qui poursuit : « Dans le même temps, nous avons annulé des interventions non indispensables, comme des prestations de ménage ou de jardinage. Nous avons ainsi réduit de 50 % nos interventions, ne retenant que celles chez des personnes seules qui concernent le lever, le coucher, la toilette, le repas. Pour permettre aux salariés de terrain de se reposer, nous avons demandé au personnel administratif d'intervenir au domicile des personnes prioritaires. » 

Deux priorités

Dans ce cas de figure, l'équation n'est pas simple. Tout est question de mesure et d'équilibre. « Nous avons deux priorités, explique Matthieu Domas : éviter de vulnérabiliser des gens déjà vulnérables et protéger nos salariés. »  Justement, combien sont touchés par le coronavirus ? Sur les deux associations d'aide à domicile du Haut-Rhin membres du réseau, environ 75 salariés se sont arrêtés. « Dans 80 % des cas, il s'agit de s'occuper des enfants ; dans les 20 % restants, les personnes sont malades ou ont été en contact avec une personne contaminée. »

« Nous étions considérés comme des pestiférés »

Le directeur du réseau APA reconnaît que la situation de « pionnier »  du département n'a pas été facile à vivre. « Nous étions un peu considérés comme des pestiférés. Des salariés vivant à l'extérieur du département étaient montrés du doigt. »  Aujourd'hui, tout le monde est à la même enseigne. Cette dimension de réseau est utile aux adhérents de la dizaine d'autres départements. Deux fois par semaine, les responsables des différentes structures échangent sur leur propre situation. L'expérience du Haut-Rhin peut être précieuse pour tous ! 

 700 bénéficiaires reliés par téléphone

Parallèlement, face au risque d'isolement des personnes qui ne sont plus visitées, le réseau a mis en place voici une semaine un service de contact téléphonique sur le Haut-Rhin. Il est assuré aujourd'hui par une centaine de bénévoles qui interviennent auprès de 700 bénéficiaires de deux associations du département. 

Souffrance psychologique

Le réseau gère également dans le département deux Ehpad. « La situation est très tendue, reconnaît le directeur général. Sur le plan sanitaire, entre 10 % et 20 % des résidents sont contaminés. Ils sont bien sûr confinés. Psychologiquement, c'est très difficile pour les personnels. Nous avons d'ailleurs mis en place une cellule psychologique. »  Signe d'une conscience professionnelle, l'absentéisme ne dépasse pas les 20 % dans ces Ehpad. 

Les masques vont-ils arriver ?

Reste une énorme inquiétude pour Matthieu Domas : les masques. « J'ai réussi à récupérer des gants et des masques issus de l'alerte précédente de la grippe aviaire. Mais il ne nous en reste que pour quelques jours. » Pour un réseau aussi important qu'APA, il faut 140 000 masques pour un mois de fonctionnement, dont une bonne moitié pour les structures d'Alsace. Le compte-à-rebours est lancé dans cette région particulièrement affectée par le virus.

NoelBOUTTIER
ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres