menuMENU
Article17 mars 2020
Accès libre
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Coronavirus : la pénurie de masques va-t-elle s'arrêter dans l'aide à domicile ?

Les autorités ont beau annoncer le déblocage des masques de protection contre le Covid-19, les professionnels de l'aide à domicile ont du mal à en voir la couleur. Une fédération associative tire le signal d'alarme.

Ce mardi 17 mars, ça commençait plutôt bien. Un arrêté au Journal officiel ouvrait enfin droit à l'obtention de masques de protection pour les intervenants à domicile : « les services d’accompagnement social, éducatif et médico-social qui interviennent à domicile en faveur des personnes âgées, enfants et adultes handicapés [...] ainsi que les aides à domicile employées directement par les bénéficiaires ». Ces professionnels sont censés se présenter en pharmacie pour obtenir le précieux matériel de protection contre le coronavirus Covid-19. 

Tweet alarmiste

Mais quand ? Quel jour les officines vont être livrées et quand vont-elles être en mesure de servir toutes les catégories prioritaires ? Les assurances du ministre de la Santé selon lesquelles le secteur de l'aide à domicile devrait obtenir du matériel de protection mercredi ou jeudi ne rassurent pas Stéphane Landreau, le secrétaire général de la Fnaafp/CSF (une des quatre fédérations associatives de l'aide à domicile). Mardi midi, il rédigeait un tweet alarmiste : « La réalité pour les services à domicile, c'est que nous n'avons pas de masque contrairement aux annonces. Résultats : beaucoup arrêtent leur activité ce matin. Quid des interventions urgentes chez les personnes âgées, levers, couchers, repas ? »

Interventions familiales à l'arrêt

Contacté quelques heures plus tard, il détaille la situation de ses adhérents. Sa fédération regroupe deux catégories d'associations : celles qui interviennent dans les familles et celles qui proposent de l'aide à domicile « classique » en direction des personnes âgées ou handicapées. « La situation est assez catastrophique », estime Stéphane Landreau. Dans la première catégorie, « presque toutes les interventions familiales sont à l'arrêt ». Pour l'aide à domicile, « les associations font le tri entre les interventions. Certaines disposent encore de quelques masques. »

Des masques dans les 24h ?

Les structures sont doublement handicapées : les professionnelles ont des difficultés à faire garder leurs enfants (même si les personnels des Saad font partie des publics prioritaires pour la garde d'enfants) et les demandes de masques étaient jugées (jusque-là) non prioritaires par l'ARS. « Si nos adhérents ne reçoivent pas de masque dans les 24 heures, toute l'activité va s'arrêter », prévient le responsable fédéral. Une situation pour le moins paradoxale : pour les gens atteints du Coronavirus et ne présentant pas de complication, la priorité est au maintien à domicile...

NoëlBOUTTIER
ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres