menuMENU
Tribune libre14 décembre 2020
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Accessibilité à tout pour tous, une compétence départementale ?

Pour sa seconde carte blanche, Christel Prado nous raconte la démarche inclusive en faveur des personnes handicapées, notamment, conduite par le département de la Manche pour lequel elle travaille. Elle invite à faire vivre pleinement l'idéal de fraternité au plus près des territoires.

Un des chapitres du projet stratégique de la mandature 2015-2020 du conseil départemental de la Manche s’intitule « Pour une Manche fraternelle ». Comment faire passer la fraternité du frontispice de notre devise républicaine à une stratégie départementale incarnée ? C’est tout l’enjeu de la démarche « Manche inclusive » à l’œuvre depuis janvier 2018.

Marqueur de changements

Le département est clairement identifié comme pourvoyeur d’allocations individuelles de solidarité (RSA, APA, PCH …), souvent même enfermé dans cette représentation tant elle embarque des financements conséquents. N’est-il pas une démarche princeps, un effort collectif pour les forces vives d’un département, que de poser l’accessibilité à tout pour tous comme un marqueur de changements sociétaux importants ?

Abolition de privilèges

L’accessibilité à tout pour tous est sans doute l’abolition de privilèges tels que notre société a pu les construire sans y prendre garde. L’individualisation des droits (accès des femmes au droit de vote, possibilité d’ouvrir un compte bancaire et de travailler pour les femmes sans le consentement de leur mari) a induit que chacun pouvait accéder aux biens communs pour peu qu’il s’en donnât la peine et les moyens. C’est ainsi que se sont répandues les politiques de réadaptation pour les personnes handicapées et celles d’intégration, voire d’assimilation, pour les personnes immigrées.

Une place dans la Constitution 

La loi sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées du 11 février 2005 pose, dans les articles 19 à 54, les principes d’accessibilité à l’éducation, la formation, l’emploi, le bâti, la voirie et les nouvelles technologies. Bref d’accessibilité à tout pour tous. Pourquoi donc avoir enfermé ce joyau social dans une loi catégorielle alors que l’accessibilité à tout pour tous mériterait à elle seule une place de choix dans notre Constitution, porteuse qu’elle est de liberté, d’égalité et de fraternité ?

Facile à lire et à comprendre

Le département de la Manche, modestement et résolument, réunit depuis novembre 2018, les parties prenantes du territoire, institutionnelles, économiques et associatives, qui souhaitent participer et contribuer à la diffusion d’outils d’accessibilité pour favoriser l’accès aux biens et aux services. Dès 2019, la direction de l’insertion et de l’emploi a conventionné avec la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS) Normandie pour promouvoir dans la gouvernance des politiques d’insertion et d’emploi la participation des personnes concernées par ces politiques publiques et la transcription en Facile à lire et à comprendre (Falc) des documents d’engagements et programmatiques (Pacte territorial pour l’insertion, l’emploi et l’entreprenariat ; Plan départemental d’insertion, d’emploi et d’entreprenariat).

Accessibilité numérique

En juin 2019, le conseil départemental a voté une stratégie d’accessibilité numérique permettant de lutter contre l’illectronisme et le non-recours en s’appuyant sur l’expertise de We Tech Care et l’Ansa. Au-delà de l’engagement de partenaires comme les caisses de protections sociales dans le déploiement de Pass numériques permettant à des personnes de se former aux usages numériques, ce sont des travailleurs sociaux qui vont être formés à accompagner les publics empêchés du numérique et de ce fait, exclus de l’accès aux droits quel que soit leur âge. Les pouvoirs publics, via la conférence des financeurs de la prévention de la perte d’autonomie, financent également des ateliers de lutte contre les escroqueries pour les plus âgés.

Exercice électoral

En janvier 2020, le président du conseil départemental et la présidente de l’Association des maires de la Manche invitaient l’ensemble des édiles manchois à assister à une demi-journée sur l’accessibilisation des bureaux de votes et de l’exercice électoral en distribuant un kit d’accessibilité développé en partenariat avec les associations Nous aussi et Unapei. Nous nous sommes appuyés sur les publications du premier site internet entièrement en Falc fait par et pour des personnes handicapées intellectuelles.

Santé plus accessible

En cette fin d’année, en partenariat avec l’ARS Normandie, ce sont de courtes BD favorisant la compréhension des soins qui sont distribuées aux professionnels de santé, aux Manchoises et aux Manchois et accessibles sur le site internet du département. Une documentation est également accessible pour préparer les professionnels de santé à l’accueil d’une personne qui peine à verbaliser ses symptômes, en partenariat avec l’association Coactis Santé. Début 2021, les professionnels de l’accueil seront tous équipés de masques inclusifs et depuis plusieurs années, les colloques sont toujours rendus accessibles via des transcriptions écrites des interventions prononcées.

Manche inclusive

Une dernière étape vient d’être franchie, celle de faire figurer dans le catalogue d’ingénierie départementale une nouvelle offre à destination des communes et des EPCI : information et sensibilisation des professionnels à la démarche inclusive et l’accessibilité à tout pour tous, conseil technique en termes d’accessibilité sur les projets portés par les communes ou leurs groupements, aide à la mise en relation entre les acteurs, transmission de guides pratiques pour l’accessibilité sur différentes thématiques (spectacle vivant, espaces naturels, voirie, mairies…). Une première municipalité s’est rapprochée de la chargée de mission « Manche inclusive » pour un accompagnement à la mise en œuvre d’une commission communale d’accessibilité universelle. La participation des habitants quelle que soit leur singularité sera recherchée et un guide à l’usage des animateurs pour des réunions accessibles est en cours de relecture.

Cité inclusive virtuelle

Le département a également répondu à un appel à projet de la Caisse nationale solidarité pour l’autonomie (CNSA) afin de pouvoir réaliser une cité inclusive virtuelle. Héritière des travaux du Mouvement pour une société inclusive présidé par Maryvonne Lyazid et Charles Gardou, elle a l’ambition de permettre l’accès à la connaissance sur ce champ de l’accessibilité : savoir pour agir en faveur d’une société inclusive. Nous attendons avec impatience les résultats de cet appel à projet, espérant de tout cœur que ce sujet qui servira à tous, y compris hors département, sera considéré à la hauteur des enjeux de la société que nous avons à construire maintenant pour demain.

Autrement capable

La fraternité n’est concevable que sans contrainte (liberté) et sans asymétrie (égalité). L’accessibilité à tout pour tous en est une des conditions. Les technologies actuelles nous permettent de produire plus facilement les éléments nécessaires à l’accessibilisation. Encore faut-il que nous ayons conscience de la nécessité de son déploiement. La fraternité, c’est reconnaître l’autre comme indispensable au vivre ensemble et considérer qu’il est tout aussi capable même si c’est autrement capable.

Un Carnet de bord à quatre voix 

En ces temps de crise sanitaire, les missions du travail social et médico-social sont, chaque jour, remises sur la table et de plus en plus placées sous le regard du grand public. Si, voici quelque temps, il était (peut-être) possible de vivre caché pour vivre heureux, ce n'est plus possible. Il faut exposer les situations, argumenter, se poser des questions. Qui mieux que les professionnels sont en mesure de nous rendre compte de leur vécu. 

Ce n'est pas tout à fait une première pour Le Media social. Lors du premier confinement, nous avions proposé à Ève Guillaume, directrice d'Ehpad en Seine-Saint-Denis de tenir un carnet de bord hebdomadaire. Les réactions de nos lecteurs furent très positives puisqu'on permettait à chacun de rentrer dans la « cuisine » d'un Ehpad.

Voilà pourquoi Le Media Social a décidé de prolonger cette expérience en lançant ce carnet de bord hebdomadaire à quatre voix, les voix de quatre professionnelles de secteurs différents. Pour « ouvrir le bal », nous avons demandé à Ève Guillaume (de nouveau), Christel Prado, Dafna Mouchenik et Laura Izzo de tenir à tour de rôle ce carnet de bord. Qu'elles en soient ici remerciées. Évidemment, ces chroniques appellent le témoignage d'autres professionnels. À vos claviers !

Les propos tenus par les professionnels dans le cadre de ce carnet de bord n'engagent pas la rédaction du Media social.

Les carnets de bord précédents :

ChristelPRADO
ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres