menuMENU
Article28 janvier 2021
Abonnés
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Une nouvelle loi pour la protection de l’enfance

Réagissant au reportage sur les « enfants placés » sur France 3, Adrien Taquet annonce le principe de « l’interdiction de placer des enfants dans les hôtels », ainsi que des normes d’encadrement et un fichier national d’agrément pour les familles d’accueil.

« C’est plus le sujet, voilà, c’est une affaire qui est terminée !... » Inutile de s’attarder sur l’hébergement en hôtel des mineurs protégés, aux yeux de Marie-Laure Godin, la vice-présidente du département des Hauts-de-Seine… Suivie pas à pas par le journaliste Sylvain Louvet, cette chargée des solidarités refuse, obstinément, de s’expliquer.

Cette longue séquence a pu marquer, dans l’enquête sur les « enfants placés », diffusée le 27 janvier sur France 3… N’en déplaise à cette élue de la majorité des Hauts-de-Seine (droite), pourtant, le recours à l’hôtel par les services d’aide sociale à l’enfance (ASE) n’est pas - encore - tout à fait enterré.

Hôtel interdit

« On va inscrire l’interdiction de placer des enfants dans les hôtels » : telle est en effet la promesse faite par le secrétaire d’État Adrien Taquet, invité sur le plateau de « Pièces à conviction » à débattre du reportage. Et l’engagement n’est pas mince : ces enfants « protégés » dans des chambres d’hôtel sont actuellement au nombre de 624 dans les Hauts-de-Seine - comme le fait savoir le département ce 28 janvier.

Et à travers la France, ils seraient même près de 10 000, selon une estimation de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), publiée le 25 janvier. Or si l’institution appelle à rendre « exceptionnel » l’hébergement hôtelier, elle se refuse à prôner son « interdiction générale et absolue », qui lui paraîtrait « incompatible avec l’obligation inconditionnelle d’accueil ».