menuMENU
Interview09 mars 2021
Abonnés
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Pour la députée Audrey Dufeu, "la discrimination par l'âge reste un angle mort"

Une proposition de loi visant à lutter contre l'âgisme a été déposée par la députée (LREM) Audrey Dufeu, et pourrait être examinée prochainement. Son autrice s'explique sur ce texte, un mois après le report sine die de la loi "Grand âge" tant attendue.

Le report sine die de la loi « Grand âge et autonomie », annoncée comme le marqueur social du quinquennat, a laissé un goût amer dans la bouche des professionnels, notamment dans le secteur du vieillissement. Cette décision laisse cependant le champ libre à des initiatives parlementaires. Une proposition de loi visant à lutter contre l'âgisme vient ainsi d'être déposée par la députée de la Loire-Atlantique Audrey Dufeu, vice-président de la commission des affaires sociales. Cette parlementaire LREM a de la suite dans les idées puisqu'elle avait rendu public, fin 2019, un rapport sur la représentation des personnes âgées dans la société. Début 2021, elle remet donc le couvert et explique pourquoi dans nos colonnes.

Pourquoi vous intéressez-vous aux questions de vieillissement, qui ne passionnent pas la majorité de vos collègues ?

Audrey DufeuComment vous dire ? Je pense qu'il y a plusieurs raisons à cela. D'une part, quand j'étais en études d'infirmière, j'ai effectué un stage dans une unité de soins de longue durée (USLD), et je me souviens très bien d'une anecdote violente. « Madeleine », une dame qui souffrait d'Alzheimer, avait travaillé toute sa vie pour les plus grands parfumeurs comme Chanel. Or on l'aspergeait avec une eau de Cologne très bas de gamme. C'était un manque de respect pour cette dame. La seconde raison est d'ordre familial : j'ai accompagné mes grands-parents jusqu'à la fin de leur vie.