menuMENU
Article23 mars 2021
Abonnés
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Les jeunes migrants mis en lumière comme des "enfants d’abord"

"Enfants d’ailleurs ? Enfants d’abord !" Par ce mot d'ordre, la Cnape et l'Alefpa ont consacré un webinaire aux mineurs non accompagnés, pour mieux les accompagner dans leurs spécificités. Mais jusqu’où prendre en compte leurs conditions d’étrangers ?

« La question des jeunes migrants crispe à la fois les acteurs politiques et les pouvoirs publics, et surtout, n’entraîne plus du tout l’adhésion de l’opinion publique. » 

Le contexte hostile est exposé d’emblée, ce 18 mars, par Josiane Bigot, la présidente de la Cnape (fédération des associations de protection de l'enfant), en introduction du webinaire organisé avec l’Alefpa (Association laïque pour l'éducation, la formation, la prévention et l'autonomie) sur les mineurs non accompagnés (MNA).

Ces jeunes, regrette-t-elle, « ont quitté le statut de l’enfant que l’on souhaite aider et soutenir, pour être catalogués du côté de l’étranger qui dérange ». La magistrate en veut pour preuves, notamment, un récent rapport parlementaire qui prône « de démarrer les évaluations (de leur minorité, NDLR) en garde à vue », ou encore la circulaire instaurant « un schéma de retour pour les enfants marocains dans leur pays » (lire l'encadré ci-dessous).

La protection de l'État

Or, la Convention internationale des droits de l’enfant (Cide) elle-même l’impose : « Tous les enfants privés de leur milieu familial doivent bénéficier de la protection de l’État dans lequel ils se trouvent », insiste Josiane Bigot. Avant même de venir « d’ailleurs », ces jeunes sont des « enfants d’abord », ont donc voulu rappeler la fédération de protection de l’enfance et son association membre, à travers ce colloque en ligne.

Mais dans le prolongement de leurs « 50 recommandations » présentées conjointement en octobre, la Cnape et l’Alefpa ont aussi voulu voir « comment travailler collectivement pour accompagner ces enfants en tenant compte de leurs spécificités ».

Saisines du Défenseur des enfants