Le média social
Réagir
Imprimer
Télécharger

Le travail social au défi de la prostitution des mineures

Longs FormatsLaetitia DELHON31 août 2020

Face à la prostitution des mineures,  un phénomène qui touche l’aide sociale à l’enfance (ASE) mais mobilise peu les pouvoirs publics, les professionnels manquent d’outils pour agir. Des associations et de rares services dédiés fournissent toutefois des clefs pour renforcer l’accompagnement. Enquête.

Mai 2020 à Toulouse, l’affaire fait la une des médias locaux : une jeune fille de 17 ans est écrouée pour proxénétisme aggravé, accusée d’exploitation de mineures adolescentes recrutées dans un foyer de l’aide sociale à l’enfance (ASE) du Tarn.

D’autres faits similaires sont relayés depuis plusieurs mois par la presse locale marseillaise, et un documentaire diffusé sur M6 en janvier choque en montrant une jeune fille embarquée à la sortie d’un foyer dans le Vaucluse.

Des affaires qui interrogent

Les travailleurs sociaux n’aiment pas le traitement par la presse des « faits divers » qui les concernent. Déformation des faits, mise en cause, méconnaissance de la réalité, stigmatisation de jeunes déjà ostracisés : leurs arguments sont nombreux.

Ces affaires imposent pourtant d’enquêter, avec une question : comment la prostitution des mineures percute-t-elle le travail social ? De quels moyens disposent les professionnels pour accompagner ces jeunes filles ?

Jeunes prostituées attendant dans une rue de Toulouse.Rémy Gabalda/AFP

Une évaluation difficile

Dans ce domaine, le féminin l’emporte : si des jeunes hommes se prostituent, les filles sont majoritaires. Elles seraient entre 6 000 et 10 000 selon les associations spécialisées et le rapport d’évaluation de la loi de 2016 renforçant la lutte contre la prostitution.

Des chiffres à prendre avec des pincettes faute d’évaluation fiable. Augmentent-ils ? Les avis divergent. « Il est très difficile de se faire une idée de son évolution, et puis qu’est-ce qu’on comptabilise ? Une collégienne qui pratique une fellation dans les toilettes, c’est invisible », souligne Arthur Melon, secrétaire général de l’association Agir contre la prostitution des enfants (ACPE).

Des profils divers 

Cet article est réservé aux abonnés Il vous reste 80% à lire

Vos avantages abonnés

Un accès intégral à l’ensemble de nos articles

Infographies, vidéos, enquêtes, dossiers juridiques: l’actualité de votre secteur décryptée sous différents formats.

Une information analysée et décryptée par des professionnels du secteur

Grâce à des contenus rédigés par des journalistes spécialisés sur le secteur social et médico-social : la garantie d’une information vérifiée et exploitable.

Un abonnement adapté à vos besoins

Abonnement à l’année, mensualisé, avec ou sans engagement de durée… bénéficiez de conditions sur mesure, adaptées à vos besoins.
Abonnez-vous pour 12€ par mois seulement

Vous êtes abonné ou
disposez de codes
d'accès pour ce produit

Codes d'accès oubliés