menuMENU
Article13 février 2020
Abonnés
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Handicap : un « partage du crayon » entre Etat, départements et associations

La Conférence nationale du handicap a été marquée par la signature d’une « convention d’engagements » inédite, pour faire progresser le « pouvoir d’agir des personnes ». Et si cet accord pouvait apporter bien davantage que des bonnes intentions ?

La photo de famille a un certain panache, avec côte à côte, dans l'éclat de l’Élysée, des représentants du gouvernement, des départements, mais aussi des associations de personnes handicapées, et des organisations gestionnaires. Cependant, tout au long de la Conférence nationale du handicap (CNH) du 11 février, au fond, bien peu d’indices auront été livrés sur le texte, ainsi signé en grande pompe. Certes, cette « convention d’engagements réciproques » est censée organiser de la « co-construction » et un « partage du crayon » entre parties prenantes, comme l’esquisse Sophie Cluzel, la secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées… Et comme le détaille un peu Philippe Calmette, président de Nexem, le texte instaurerait, notamment, de la « contractualisation », devenue un « outil moderne entre État, collectivités territoriales et acteurs ». Mais concrètement ?

Peut-être historique