menuMENU
Interview08 septembre 2021
Abonnés
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Un "appel pour un Code de l'enfance" qui concerne les travailleurs sociaux

L'ancienne Défenseure des enfants Marie Derain de Vaucresson et le magistrat honoraire Jean-Pierre Rosenczveig espèrent rassembler mille signataires à leur appel à un "Code de l'enfance". Ils nous expliquent les enjeux d'une "approche par les droits".

Pourquoi vous être rassemblés, avec les trois autres anciennes Défenseures des enfants notamment, pour demander un « Code de l'enfance », dans un appel publié en juin par le Journal du dimanche ?

Jean-Pierre Rosenczveig Nous avons profité d'un contexte. Alors que la Commission européenne a adopté une « stratégie globale sur les droits de l'enfant », l'occasion était venue d'interpeller la France, qui doit présider l'Union européenne en janvier.

Un Code de l'enfance aurait déjà l'intérêt de codifier et de rationaliser les droits de l'enfant, qui font aujourd'hui l'objet de dispositions disparates. Cela faciliterait la connaissance et la mise en œuvre de ces droits.

Mais cet appel est aussi un levier pour engager une réflexion politique sur le statut des enfants. On parle aujourd'hui plus souvent des droits « à » l'enfant, par exemple par l'adoption ou par la PMA, que des droits « de » l'enfant. Or, au-delà de ses droits à être protégé, l'enfant est aussi une personne avec des libertés.

Marie Derain de VaucressonSur le contexte, j'ajoute que nous sommes désormais quatre Défenseures des enfants honoraires, avec Geneviève Avenard, Claire Brisset et Dominique Versini, et que l'idée nous chatouille de constituer une sorte de club, pour porter une parole sur les droits de l'enfant dans la société française… En outre, la France doit être prochainement auditionnée à l'Onu sur sa mise en œuvre de la Convention internationale des droits de l'enfant (CIDE). Et je ne sens pas la même implication que pour la présentation du premier rapport, en 2016 (que Mme Derain de Vaucresson avait coordonnée, NDLR).