menuMENU
Article15 juin 2022
Abonnés
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Santé mentale : quel avenir pour les groupes d'entraide mutuelle ?

À l’occasion de la restitution des premiers résultats d’une étude sur les groupes d’entraide mutuelle (GEM) pendant la crise sanitaire, le 13 juin lors de la journée du collectif national des GEM, les adhérents de ces dispositifs ont fait part de leurs préoccupations, en particulier sur le volet financier.

Cela faisait près de trois ans qu’ils ne s’étaient pas retrouvés physiquement. Ce 13 juin, après deux ans de Covid, les membres du collectif des groupes d'entraide mutuelle (CNIGEM) – adhérents, administrateurs et salariés – s’étaient déplacés de toute la France pour une journée d’échanges au ministère de la Santé à Paris.

Retour sur le vécu

Au menu de cette édition : la restitution de la première phase d’une recherche sociologique sur « le pouvoir d’agir des GEM à l’épreuve de la Covid 19 » réalisée à partir des réponses aux questionnaires envoyés aux parties prenantes de ces dispositifs portant sur leur vécu de la crise. La présentation de ces travaux financés par la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) et la Fondation de France, ont donné lieu à de nombreuses réactions et commentaires dans l’assistance.

Fragilités

D’une façon générale, « les GEM ont tenu bon pendant la crise sanitaire mais en sortent avec des fragilités », résume Patricia Fiacre, en charge de l'étude, avec le sociologue Jean-Yves Barreyre.

Les résultats montrent que les adhérents des GEM ont souffert de solitude, d’isolement, d’ennui et d’anxiété. « 2020 a été un cauchemar », confirme une adhérente dans la salle, qui ne cache pas qu’elle reste inquiète car « on ne sait pas comment cela va évoluer ».