menuMENU
Article31 mai 2021
Abonnés
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Salaires dans le non-lucratif : l’extension du Ségur pour une partie des personnels est actée

La mission Laforcade s’achève par la signature de deux accords : l’un étend la revalorisation salariale issue du Ségur de la santé à certains professionnels du secteur social et médico-social du champ non-lucratif, l’autre à ceux qui exercent dans un ESSMS public autonome.

Après plusieurs mois de discussions, l’accord de méthode relatif à l’extension des revalorisations salariales prévues par le Ségur de la santé à certains professionnels des établissements et services sociaux et médico-sociaux (ESSMS) privés à but non lucratif a été signé, le 28 mai, par l’État, la CFDT, l’Unsa, la Fehap, Nexem, la Confédération Axess et l’Ugecam.

Structures handicap

Au total, ce texte prévoit de revaloriser les salaires de 64 000 professionnels soignants, exerçant dans des structures associatives, financées tout ou partie par l’assurance-maladie, indique le Premier ministre. D'un montant de 183 € net mensuel, cette revalorisation interviendra à compter du 1er janvier 2022 dans le cadre d'un accord de branche.

Sont en particulier concernés les personnels travaillant dans des ESMS « handicap » et les services de soins infirmiers à domicile (Ssiad) non régis par la branche de l’aide à domicile (BAD). Au-delà des soignants, les professionnels non médicaux à savoir les cadres de santé, les aides médico-psychologique, les accompagnants éducatifs et sociaux et les auxiliaires de vie bénéficieront de cette augmentation.

Ssiad