menuMENU
Article19 mars 2020
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

[Podcast] SDF : face au Covid-19, mettre à l’abri et garder les accueils ouverts

Les Français sont confinés chez eux depuis le 17 mars pour ralentir la propagation du coronavirus. Mais comment rester confiné chez soi quand on est sans-abri ? Dans le cadre de l'émission Les pieds sur terre, de France Culture, Valérie Borst a rencontré des SDF et des intervenants sociaux.

Ils sont à la rue, et à cause de leur santé fragile due à leurs mauvaises conditions de vie, ils font partie des plus vulnérables face au Covid-19. Mais comment confiner des personnes sans domicile ? Quels accueils, quels moyens sont déployés pour leur venir en aide ?

Dimanche 15 mars, Valérie Borst est est allée à la rencontre de sans-abri en région parisienne, accompagnée de la militante Sarah Frikh, créatrice du mouvement Réchauffons nos SDF et de Bachir, intervenant social dans un lieu de mise à l'abri dans le 5e arrondissement de Paris. Elle raporte leurs témoignages dans l'émission de France Culture, Les pieds sur terre (à réécouter en podcast, lien ci-dessous).

Mises à l’abri des SDF

Avec gants et masques, en respectant les distances de sécurité, les maraudeurs continuent de porter secours aux SDF de la région en leur distribuant des repas notamment. Mais l'urgence pour Sarah Frikh, c’est bien de mettre le plus possible de personnes à l’abri. Comme elle l’a fait pour Laura, hébergée une semaine à l’hôtel, ou pour Asma, qu’elle va aider à trouver une colocation, puisque cette dernière travaille.

Ce jour-là, Sarah Frikh regrette : “aucun moyen n’est mis en place”. Elle envisage alors une action collective “pour demander au gouvernement que des gymnases soient ouverts, des hôtels soient mis à disposition, qu'il n'y ait plus personne dehors tant qu'il y a ce virus”.

Garder les centres d’accueil ouverts

De son côté, Bachir aussi continue son combat auprès des sans-abri, malgré sa peur de contaminer ses propres enfants. Pour lui, l’urgence est de tout mettre en œuvre pour que les restaurants solidaires et les centres d’accueil de jour restent ouverts. Il craint que ces derniers ne ferment les uns après les autres "parc e que ces accueils ne sont pas protégés, les intervenants qui travaillent sur ces sites ne sont pas  protégés”. Pour lui pourtant, fermer le centre où il travaille “n’est pas une solution . Il a décidé de continuer son activité parce que “s i on ferme notre centre, on fait comment ? On […] remet [les familles] à la rue ?” demande-t-il.

« Personne n'est venu me voir » 

Mais pour les premiers concernés rencontrés ce dimanche, ce virus n’est qu’un combat de plus. Ils ont déjà l’habitude d’être des laissés-pour-compte, et “ne voient pas pourquoi aujourd’hui, on va leur donner plus d’attention”. Maria, retraitée de 72 ans qui vit à la rue depuis des années, précise : “Personne n'est venu me voir, il y a juste la police municipale qui vient me demander si j'ai besoin du 115, c'est tout” . Avant d'avouer, d’une toute petite voix : “j’ étais jamais malade mais s'il y a quelque chose qui m'arrive, je peux partir et franchement je ne demande même que ça .

SDF : on se confine comment ? , de Valérie Borst et Cécile Laffon, diffusé le 18 mars dans l’émission Les pieds sur terre, sur France Culture. Podcast disponible sur le site de France Culture.

Marie-HélèneKHOURI
ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres