menuMENU
Article18 juin 2020
Accès libre
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

[Podcast] Placements abusifs : quand la justice s’égare

Dans le cadre de l'émission Les pieds sur terre, sur France Culture, deux familles témoignent des dysfonctionnements de la justice pour enfants dont elles ont été victimes.

Beaucoup d’associations en France dénoncent les placements d’enfants abusifs et les décisions parfois injustes et violentes prises dans les audiences des juges pour enfants. Dans ‘On m’a enlevé mon enfant à la naissance’: placements abusifs ?, diffusé le 9 juin dans l’émission Les Pieds sur terre de France culture, Stéphanie Thomas rapporte le récit émouvant de deux familles qui ont vu leurs bébés placés, de manière abusive selon elles.

Plus qu’un document à charge contre les juges ou les professionnels de l’aide sociale à l’enfance, ces témoignages racontent à leur manière les dysfonctionnements du système actuel, qui peuvent aboutir à des situations dramatiques pour les familles.

Aurélie et Maxime

Aurélie et Maxime sont les parents de quatre filles, Émilie, Rose, Mélanie et Mary. Mary n’a que quelques heures quand elle est retirée à la garde de ses parents par les services sociaux. On leur reproche un manque de matériel de puériculture qui mettrait l’enfant en danger, mais d’après Aurélie, ce qui pose problème, c’est le passé d’enfant battu de son mari.

Pas le temps de se défendre

Déjà, plus d’un an avant la naissance de Mary, on leur a retiré la garde de leurs trois autres filles, à cause des accusations du père de Maxime qui dénonce le couple entre autres pour manque d’hygiène. La juge pour enfants alors en charge de leur dossier croit le père de Maxime et décide du placement des trois filles. « On ne nous a même pas laissé le temps de nous défendre » déplore Maxime aujourd’hui.

« La voix des enfants n’est pas entendue »

Après leur avoir refusé le service d’adaptation progressive en milieu familial (SAPMF) pour leur petite dernière, la justice accorde aujourd’hui à Aurélie et Maxime une visite d’une heure par semaine pour la voir. Pour leurs autres filles en revanche, aucun droit de visite ni d’appel avant une expertise psychiatrique… dont la date tarde à venir. Les filles pourtant demandent à rentrer chez elles, mais « la voix des enfants n’est pas entendue » déplore leur papa.

Nicolas, placé à un mois et demi

Pour Nicolas, le fils de Rémi et Mélissa, le placement commence très tôt également. À un mois et demi, il est placé sous la responsabilité de l’hôpital où ses parents l’ont amené suite à des convulsions.

Syndrome du bébé secoué

Les examens de Nicolas révèlent un hématome sous dural avec hémorragie rétinienne. Les parents sont soupçonnés de mauvais traitement, surtout Rémi, qui était seul avec son fils au moment où il a commencé à convulser. Suite au diagnostic du syndrome du bébé secoué (SBS), un signalement est fait, qui donne donc lieu au placement de Nicolas. Les parents n’en seront informés que plus tard. « On était complètement déboussolés, frustrés, impuissants devant le fait qu’on nous enlève notre fils comme ça… on se dit c’est un monde de fous, on ne voit ça que dans les films » rapporte Rémi.

Le cauchemar continue

Il subit défiance, regards suspicieux, remarques déplacées (« C’est sûr que pour nous, ce serait plus simple si vous avouiez qu’il est tombé » ose lui dire un médecin), et une garde à vue menée « à charge » par les gendarmes. Même le rapport d’un médecin indépendant de la HAS qui conclut que Nicolas souffre d’une autre pathologie ne suffira pas à l’innocenter. Transféré devant le juge d’instruction, il est mis en examen.

Au total, Nicolas sera resté près de 11 mois en famille d’accueil, avant d’être rendu à sa mère, car « les contre-expertises ne peuvent plus affirmer avec certitude » qu’il a été secoué par son père.

De son côté, toujours en examen, Rémi attend son procès.

« ‘On m’a enlevé mon enfant à la naissance’: placements abusifs ? », Stéphanie Thomas, Cécile Laffon, diffusé le 9 juin dans l’émission Les pieds sur terre, sur France Culture. Podcast disponible sur le site de France Culture.

Marie-HélèneKHOURI
ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres