menuMENU
Portrait22 septembre 2022
Abonnés
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Pierre-Alain Sarthou, un "dircab" reconverti dans la protection des enfants

Pour défendre l’intérêt des enfants, comme de ses adhérents, la Cnape s’est choisi pour directeur général un connaisseur des ministères et de l’Assemblée nationale. Rencontre avec Pierre-Alain Sarthou, d'ores et déjà familiarisé avec la protection de l’enfance.

Le décret a été publié le jour même de son arrivée à la direction générale de la Convention nationale des associations de protection de l’enfant (Cnape), le 1er septembre. Une semaine plus tard, Pierre-Alain Sarthou, fringant dans son bureau, commente déjà avec précision les nouvelles règles de rémunération des assistants familiaux.

« Un très bon pas », salue-t-il, « mais nous sommes toujours attentifs aux détails. » Et il expose cette crainte : en garantissant un meilleur revenu aux professionnels pour le premier enfant confié, ce décret pourrait décourager certains assistants familiaux à accepter, au-delà, des fratries.

Manifestement, Pierre-Alain Sarthou, 34 ans, connaît déjà son affaire. Dans son CV, pourtant, aucun antécédent en Mecs, ni en AEMO. Le nouveau directeur général de la Cnape l’avoue sans fard : il découvre seulement le secteur. « J’aime bien explorer de nouveaux sujets », éclaire cet ancien élève de l’École normale supérieure (ENS) de Cachan.  

Un ancien de l'Assemblée nationale