menuMENU
Brève12 juin 2020
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Perte d'autonomie : la 5e branche mérite des moyens immédiats

Les choses n'ont pas traîné. Quelques semaines après l'annonce du président de la République, les députés réunis en commission spéciale ont voté le principe d'une 5e branche dévolue à la perte d'autonomie. Un texte qui devrait être examiné en plénière par les députés à partir du 15 juin. 

Cette annonce ne fait pas sauter de joie les professionnels du grand âge. La fédération Adédom (ex-Adessadomicile)  se montre très prudente : « Créer une 5e branche de sécurité sociale sans prévoir des financements serait une provocation », écrit-elle. La fédération associative de l'aide à domicile rappelle que l'estimation des besoins faite par le rapport Libault tourne autour de 10 milliards d'euros. Or, pour l'instant, rien n'est prévu. Adédom rappelle qu'elle a proposé un New deal consistant notamment à créer un bouquet de sept types de services en direction des personnes âgées.  

De son côté, la Fédération hospitalière de France se réjouit de la création de cette nouvelle branche, mais juge qu'il n'est pas possible d'attendre 2024 pour la mettre en place. La FHF défend « une grande loi de programmation, traçant les grandes orientations et décrivant l’accroissement des moyens attribués par les collectivités publiques au champ de l’autonomie. » Pour enclencher la mécanique, la fédération propose que « l’attribution de quotes part de CSG supplémentaires à la CNSA soit engagée dès 2021 et augmentées progressivement dans les années à venir. ». Le débat à venir à l'Assemblée nous dira si les parlementaires ont entendu les demandes pressantes des professionnels.  

ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres