menuMENU
Article29 janvier 2020
Abonnés
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Municipales : des usagers du Samu social prennent la parole

A six semaines du scrutin municipal, le Samu social de Paris a proposé aux personnes hébergées et/ou accompagnées de participer à un atelier d'expression pour déterminer des propositions qui seront soumises aux candidats parisiens.

« Nous avons tous le droit à la parole. Il faut faire entendre nos sujets de préoccupation. » Pour lancer les débats avec la centaine de personnes réunies par le Samu social, Marvin, ancien responsable d'une radio ivoirienne, hébergé aujourd'hui dans un foyer, ne s'économise pas en allégories poético-politique : « Moi, je marche avec une béquille dans ce monde qui marche sur la tête. » 

Le Débat permanent remet le couvert

Cette réflexion menée pendant toute une après-midi, ce 27 janvier, est la suite du Grand débat proposé par le chef de l'État au printemps dernier. Au sein du Samu social s'est constitué le Débat permanent, un groupe rassemblant des personnes hébergées. Les propositions de 2019 avaient été remises à la secrétaire d'État Christelle Dubos. Cette initiative avait d'ailleurs été reconnue par le Trophée de la participation et de la concertation remis à l'Assemblée nationale.

Un vécu riche et heurté

Cette fois, il s'agit de l'enjeu municipal et tout le monde, électeur ou non, a quelque chose à dire sur cette institution de la proximité, sur le fonctionnement au quotidien des services, sur les incohérences du système, sur ce qu'il faudrait améliorer. Par petit groupe d'une dizaine de personnes, souvent étrangères, les échanges traitent principalement d'un thème. Cela déborde souvent car le vécu riche, heurté des usagers du Samu social a du mal à être contenu dans une seule thématique. 

« Comment je fais... ? » 

Deux ateliers en pleine discussion Noël Bouttier