menuMENU
Brève16 octobre 2020
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Medecins du Monde diagnostique une dégradation de l'accès aux soins

Avec son 20e rapport sur « l'accès aux droits et aux soins des plus démunis en France », Médecins du monde ausculte, une nouvelle fois, « des lacunes et des manquements concernant la santé des plus précaires », comme le déplore son président, le docteur Philippe de Botton. Le bilan de ses 59 programmes conduits en France en 2019 dessine, de fait, un diagnostic encore préoccupant pour les populations suivies.

Ainsi ses 15 centres d'accueil, de soin et d'orientation (Caso) ont accueilli l'an dernier près de 23 000 personnes, presque toutes étrangères. Or près de 25 % étaient sans domicile fixe, contre 14 % en 2009. Et parmi tous les patients qui avaient droit à l'assurance maladie ou à l'aide médicale d'Etat (AME), seuls 21 % y avaient effectivement recours. En cause, notamment, « la barrière de la langue et la complexité administrative », regrette Delphine Visentin, coordinatrice à Marseille, lors de la présentation du rapport le 15 octobre. 

Or en 2020 la crise du Covid-19 « a fait basculer un million de personnes dans la pauvreté », avance Médecins du monde. « Dans ce contexte, il est plus qu'urgent de mettre en place des mesures pérennes permettant et consolidant un accès aux soins et aux droits pour toutes et tous. » Dans son plaidoyer, l'association inscrit notamment la fusion de l'AME dans la Protection maladie universelle (Puma).  

ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres