menuMENU
Brève06 janvier 2020
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Lutte contre la pauvreté : une succession en douceur

Pendant deux ans, il a animé un nombre considérable de réunions à la tête de la délégation interministérielle à la prévention et la lutte contre la pauvreté. Deux ans après, pour - officiellement - se présenter lors des élections municipales de Grenoble (où il fut, voici un mandat adjoint au maire), Olivier Noblecourt passe la main. 

Les ministres Agnès Buzyn et Christelle Dubos ont salué le travail impulsé par l'ancien délégué. « Cette stratégie nationale inédite [de lutte contre la pauvreté, NDLR] n'aurait en effet pu être menée à bien sans la détermination et la mobilisation permanente du délégué interministériel », soulignent les représentants gouvernementaux. 

Pour le remplacer, les ministres ont choisi de nommer en intérim un homme du sérail, Vincent Reymond. Jusqu'ici, celui-ci  assurait le secrétariat général de la délégation.  

Qui est ce nouveau délégué ? Âgé de 42 ans, Vincent Reymond est à la fois un produit de la « territoriale » et de l'État. Diplômé entre autres de l'Institut national d'études territoriales (Inet), il a travaillé pour la Délégation générale à l'emploi et la formation professionnelle (DGEFP) et plus récemment au conseil départemental de Seine-Saint-Denis (93). Dernièrement, il était rattaché à l'Inspection générale des affaires sociales (Igas).

ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres