menuMENU
Interview08 novembre 2019
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Burn-out : "Un beau jour, j'ai eu un gros blanc"

Ecarté de la prévention spécialisée où il travaillait depuis 15 ans au sein d’une équipe du département de Meurthe-et-Moselle, Laurent Lider a fait un burn-out. Cet éducateur chevronné de 55 ans a décidé de parler dans la presse locale. Depuis, il a reçu des dizaines de témoignages de confrères, soumis, dit-il, à un management déconnecté des réalités de terrain, source de mal-être et de perte de sens.

Depuis combien de temps êtes-vous éducateur en prévention spécialisée ?

Laurent LiderAprès avoir exercé au sein du réseau éducatif de Meurthe-et-Moselle, un service de l’aide sociale à l’enfance, j’ai travaillé quinze ans en prévention spécialisée : dix ans au sein du quartier de la Californie à Jarville-la-Malgrange et cinq ans à Toul dans le quartier de la Croix-de-Metz et le centre-ville.

Quel a été le déclencheur de votre burn-out ?

L.L.Le point de départ a été le démantèlement de l’équipe de prévention spécialisée de Toul. En tant qu’agent travaillant pour le département, je suis astreint au droit de réserve et je dois rester prudent, mais je peux dire que nous avons subi de très fortes pressions politiques.

Cet article estréservé aux abonnés

En savoir plus

Vous êtes abonné ou
disposez de codes
d'accès pour ce produit

Codes d'accès oubliés