menuMENU
Article25 novembre 2020
Abonnés
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

L'aide à domicile, toujours la dernière roue du carrosse

Pour ce second confinement, l'aide à domicile est toujours fortement mobilisée. Elle est davantage équipée pour protéger ses salariés. Mais après l'épisode calamiteux de la prime Covid, elle se sent encore reléguée à l'arrière-plan. Et se heurte à d'incroyables difficultés de recrutement.

Souvenez-vous : lors du premier confinement au printemps, les pouvoirs publics ont d'abord tourné leurs regards vers les hôpitaux, oubliant les Ehpad. Et quand ils se sont enfin intéressés aux maisons de retraite, c'était pour laisser de côté les services d'aide à domicile. Si les premiers n'ont pas été submergés, c'est bien parce que les derniers ont fait le « job », prenant en charge des centaines de milliers de personnes âgées. Alors près d'un mois après le début du second confinement, le scénario s'est-il reproduit ? 

Première étape en Anjou

Commençons notre balade dans le Maine-et-Loire avec une structure associative bien implantée, Anjou accompagnement. Ce service d'aide et d'accompagnement à domicile (Saad) adhérent à l'Una, qui emploie 350 salariés, avait fait à peu près comme tous ses homologues au printemps dernier, en réservant les interventions de ses professionnels aux situations impérieuses auprès des personnes les plus fragiles.

Accompagner les personnes isolées

Avec le recul, le directeur Antoine Masson exprime plusieurs sujets de satisfaction. « Pratiquement toutes les auxiliaires de vie ont travaillé, mais sur des temps réduits. Nous avons fait intervenir le chômage technique en complément. » Et d'ajouter, fier : « Tout le monde a été sur le pont. Nous sommes sortis épuisés, mais avec le sentiment du devoir accompli. » Autre point positif : le Saad a mis en place, dès le mois de juin après avoir constaté la réalité de l'isolement, des mesures d'accompagnement pour les personnes très seules : jouer aux cartes, se promener, etc. Un programme qui a déjà bénéficié à 150 personnes isolées. L'association a déjà consacré 50 000 euros à ce programme.

Maintien de toutes les interventions