menuMENU
Article09 septembre 2020
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Hébergement d'urgence : orientations pour 2020 et 2021

Dans une instruction publiée le 9 septembre, l'administration détaille le programme de travail des services de l'État et des opérateurs de terrain pour le secteur "accueil, hébergement et insertion" (AHI) pour les années 2020 et 2021.

Dans un contexte où les remises « sèches » à la rue sont proscrites et où les fermetures de places non pérennes ne sont autorisées que lorsque des solutions de logement ou d'hébergement sont proposées aux personnes accueillies, il est nécessaire de « changer d'échelle » concernant la politique d'hébergement.

Et ce, en « capitalisant sur les efforts sans précédent » réalisés ces derniers mois, selon le gouvernement, par l'État et les opérateurs en matière d'accueil et d'hébergement d'urgence des personnes sans domicile. Dans cette optique, la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) détaille, dans une instruction du 21 août publiée le 9 septembre, les orientations pour le secteur « accueil, hébergement et insertion » (AHI) pour les années 2020 et 2021.

Six objectifs

De nombreux défis attendent le secteur qui doit s'atteler à la poursuite de six objectifs : veiller au respect des principes d'inconditionnalité et de continuité de l'hébergement des personnes en situation de détresse ; mieux repérer les publics sans domicile grâce au renfort des dispositifs de veille sociale ; renforcer le rôle pivot des services intégrés d'accueil et d’orientation (SIAO) ; poursuivre la structuration du parc en vue de mieux accompagner les personnes et d'améliorer la fluidité ; adapter les modalités d'accompagnement des publics spécifiques ; poursuivre les efforts en faveur du logement accompagné.

Pour chacun de ces objectifs, l'instruction détaille ce qui est attendu des différents acteurs. À certaines actions, sont allouées des enveloppes financières.

Repérage des sans-abri

Pour lutter contre le sans-abrisme, il est impératif de repérer les publics concernés et de les connaître. Des efforts sont à faire en ce sens : rendre systématique le recensement des personnes ayant été accueillies ou repérées par la veille sociale, centraliser et exploiter les comptes rendus de maraudes, réaliser et transmettre un rapport d'activité annuel, etc.

Cet article est réservé aux abonnés Il vous reste 75% à lire

Vos avantages abonnés

Un accès intégral à l’ensemble de nos articles

Infographies, vidéos, enquêtes, dossiers juridiques: l’actualité de votre secteur décryptée sous différents formats.

Une information analysée et décryptée par des professionnels du secteur

Grâce à des contenus rédigés par des journalistes spécialisés sur le secteur social et médico-social : la garantie d’une information vérifiée et exploitable.

Un abonnement adapté à vos besoins

Abonnement à l’année, mensualisé, avec ou sans engagement de durée… bénéficiez de conditions sur mesure, adaptées à vos besoins.
Abonnez-vous pour 12€ par mois seulement

Vous êtes abonné ou
disposez de codes
d'accès pour ce produit

Codes d'accès oubliés