menuMENU
Reportage28 octobre 2019
Accès libre
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Handicap : des centres de loisirs qui appliquent la mixité

Coloriage, sortie dans un parc, chant, danse… On croirait un centre aéré classique à première vue. En y regardant de plus près on se rend compte que sur les 21 enfants accompagnés ce jour, 9 d’entre eux sont en situation de handicap. L’association Loisirs Pluriel milite pour l’accueil de tous les enfants. Reportage.

Situé 19 rue Louise Bourgeois dans le XIIIe arrondissement de Paris, le centre aéré Loisirs Pluriel s’est établi dans une école construite récemment. Un quartier entier est sorti de terre ces dernières années, ce qui facilite l’implantation d’établissements adaptés. En effet, le principal atout de ce centre reste l’accessibilité. Un ascenseur permet la prise en charge des enfants en fauteuil roulant par exemple.

Les centres Loisirs Pluriel reposent sur deux fondements : l’accueil inconditionnel de tous les enfants et le fait de pouvoir offrir une solution de garde pour tous les parents. Organisé en fédération, Loisirs Pluriel compte 15 associations qui regroupent 16 centres Loisirs Pluriel (3 à 13 ans) et 10 centres cap’ados (13 à 18 ans). Chaque année, les différentes structures accueillent plus de 1 400 enfants.

Entrée du centre Loisirs PlurielBenjamin Leneveut

Une journée comme une autre

Les arrivées au centre commencent à partir de 8 h 20 jusqu’à 10 h 30. « Rien n’est arrêté d’avance, c’est un repère, on accepte tous les enfants pendant la matinée », précise Fleur Endelicher, la directrice du centre.

Chaque jour, un programme précis rappelle à toute l’équipe pédagogique ce qui sera fait dans la journée. Selon les choix de la directrice, un tas d’activités différentes est proposé pour le plus grand bonheur des enfants. Chaque enfant a un animateur référent pour la matinée et on tourne dans l’après-midi. « Si on ne tournait pas, les enfants s’habitueraient trop à nous et ils seraient donc plus dissipés au fil de la journée », explique Mathilde Lecour, animatrice et étudiante pour devenir éducatrice spécialisée.

Tous les matins, les enfants jouent soit à l’extérieur, dans la salle dite « Bleue » ou dans la salle de motricité. Les premiers rencontrés me font visiter les lieux. À cet âge-là, les enfants ne font aucune différence. Pour eux, ils peuvent jouer avec tout le monde et c’est ce que Loisirs Pluriel tend à démontrer depuis sa création en 1992.

La vraie richesse ici, c’est de penser l’inclusion comme étant l’inclusion d’enfants, qu’ils aient ou non un handicap.

Fleur Endelicher, directrice du centre

Jeu de piste sur le thème du Hobbit

Explications des règles par les animateursBenjamin Leneveut

10 h 45. Tout le monde enfile son gilet orange et nous voilà partis pour le parc, situé à même pas 500 mètres du centre. Fleur prend la parole : « Aujourd’hui, nous sommes tous des petits nains et nous devons trouver des cucurbitacées qui nous protégeront des orques ». Tessa, 5 ans, réagit : « mais c’est quoi une cucurbitacée ? ». Indice : tout ce qui provient de la famille des citrouilles. Au bout d’une demi-heure, les 7 cucurbitacées sont trouvées par les enfants, qui poursuivent en jouant en toute sécurité dans l’aire de jeux malgré le froid automnal de ce mardi matin.

Cantine pour tout le monde

Les enfants qui attendent de pouvoir rentrer dans le réfectoireBenjamin Leneveut

Ce midi, tous les enfants du centre Loisirs Pluriel partagent la salle à manger avec les enfants de l’autre centre aéré, situé dans le même bâtiment. Le premier groupe est déjà installé depuis un moment. Les enfants du centre Loisirs Pluriel rentrent les uns après les autres dans le réfectoire. Dans le calme, ils sont appelés chacun leur tour par les animateurs. Au début, beaucoup de bruit entre les deux groupes. Quinze minutes après, les autres enfants quittent le self. Résultat : le silence. Garance, 9 ans, demande même si quelqu’un veut du rab de tarte aux pommes. Elle compte les enfants et distribue les parts restantes.

Chorégraphie improvisée

Tout le monde danse sur la chorégraphie de WassimBenjamin Leneveut

Chaque jour a lieu le rassemblement de l’après-midi après un temps calme mérité autant pour les enfants que pour les animateurs. Fleur réunit petits et grands dans la salle Bleue. Après avoir choisi une musique au hasard, elle enchaîne : « Wassim tu peux commencer à faire les premiers pas de danse ». Ni une, ni deux la chorégraphie commence. Les animateurs et les enfants, tout le monde se met à suivre le rythme de Wassim. Chacun leur tour, les enfants enchaînent les pas et les déhanchés. Les petits adorent ces rassemblements, la musique les rassure et leur permet d’aborder la fin de journée le plus sereinement possible, avant l’arrivée des parents.

Café des parents

Environ une fois par mois, Fleur organise le café des parents. Friandises et jus de fruits sont de sortie pour que les parents puissent échanger entre eux avant de récupérer leurs progénitures. Bérénice Staedel, la présidente de l’association (voir ci-dessous), précise : « L'idée, c’est que les parents puissent se retrouver pour s’échanger des tuyaux, des adresses de ce qu’on peut faire avec les enfants et surtout parler de leur quotidien ». Lancée depuis 2 ans, cette expérience rencontre un franc succès, avec la présence de plus en plus de parents à chaque café organisé.

Avec ses 16 centres aérés répartis sur le territoire, Loisirs Pluriel souhaite « permettre aux enfants en situation de handicap, quelle que soit leur pathologie, de jouer, de vivre et de grandir avec les autres ». Pour Fleur, il faut donc « réfléchir à l’accueil global de l’enfant et faire de l’inclusion une généralité ».

 Je suis de plus en plus stupéfaite de voir que les enfants porteurs de handicap sont assez invisibles dans la ville.

Bérénice Staedel, présidente de l’association

BenjaminLENEVEUT
ABONNEMENT
  • Suivez toute l’actualité de votre métier
  • Accédez à tous les dossiers et enquêtes
  • Personnalisez votre actu via les alertes et newsletter
En savoir plus