menuMENU
Interview23 novembre 2022
Abonnés
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Gisèle Delcambre : "La réalité de la protection de l’enfance est gravissime"

Après en avoir alerté la Défenseure des droits, la vice-présidente du tribunal pour enfants de Lille, Gisèle Delcambre, décrit combien elle peine à faire exécuter ses mesures de protection, par le département du Nord. Mais cette juge des enfants interpelle aussi la place de l'État.

Vous êtes l’une des juges des enfants ayant récemment alerté la Défenseure des droits sur la « situation alarmante de la protection de l’enfance dans le Nord et la Somme ». Que constatez-vous donc à Lille ?

Gisèle DelcambreDepuis juin 2022, les travailleurs sociaux de certains territoires, notamment Roubaix et Tourcoing, ne viennent plus aux audiences de notre tribunal (pour les enfants qu’ils accompagnent, NDLR). Et, depuis septembre, ils ne communiquent plus les rapports d’échéance, où doivent figurer leurs évaluations.

DR

Cela nous met en difficulté, puisque les magistrats ne peuvent instaurer de mesures qu’après audition des parties – et notamment du service auquel l’enfant est confié. Nous en sommes ainsi à faire des « gardes directes ». 

Quand l’aide sociale à l’enfance (ASE) n’est pas représentée à l’audience, faute de pouvoir placer, nous confions à un tiers digne de confiance, ou bien à une structure habilitée. On fait avec les moyens du bord pour préserver les gamins...