menuMENU
Article16 décembre 2020
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Décès d'Emmanuelle Ajon, élue girondine engagée en protection de l'enfance

La nouvelle s'est répandue comme une traînée de poudre mardi 15 décembre : Emmanuelle Ajon était décédée la veille, à l'âge de 49 ans. L'élue socialiste bordelaise est, depuis, unanimement saluée pour son engagement social et ses fortes convictions.

Emmanuelle Ajon était pleinement investie dans ses mandats locaux, au conseil départemental de la Gironde et au sein de la municipalité de Bordeaux, où elle était adjointe au logement depuis le changement de majorité, l'été dernier.

L'ancienne ministre girondine Michèle Delaunay a ainsi rendu un hommage ému à celle qui fut sa suppléante entre 2007 et 2012 : « Je connais Emmanuelle  depuis 2001 et nous avons cheminé ensemble dans une amitié et une concorde que chaque action consolidait. Elle a su répondre à des enjeux très difficiles dans ses derniers mandats et elle s'y est dévouée avec une humanité qui lui a valu l'admiration des instances décisionnaires nationales et territoriales. »

Premier conseil de jeunes placés

Le président du conseil départemental de la Gironde, Jean-Luc Gleyze, a salué son action et particulièrement son engagement en faveur de l'aide sociale à l'enfance (ASE).

Emmanuelle Ajon avait, notamment, mis en place le premier conseil des jeunes placés et s'était engagée à développer les contrats jeunes majeurs afin d'éviter les sorties sèches. 

Aider les plus vulnérables

Sur le plan national, le secrétaire d'État Adrien Taquet a estimé que l'élue girondine partageait son objectif : « Œuvrer pour les jeunes les plus vulnérables ». Et Lyes Louffok, qui l'avait cotoyée au Conseil national de la protection de l'enfance (CNPE), lui a également rendu hommage sur Twitter.

Enfin, le GIP « Enfance en danger » a aussi salué sa mémoire. « Emmanuelle Ajon avait eu à coeur d’apporter à tous les enfants de son département les mêmes chances et savait être aux côtés des professionnels pour les soutenir dans leur tâche complexe », a réagi sa présidente, Michèle Berthy.

NoëlBouttier
ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres