menuMENU
Article02 février 2021
Abonnés
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Dans les Crous, des assistants sociaux mobilisés dans la pandémie

Après bientôt un an de Covid-19 sur les campus, le service social du Crous de Bordeaux-Aquitaine doit faire face à une demande redoublée, et répondre à des problématiques psychologiques inédites. Témoignages de professionnelles face à la détresse étudiante.

« Cliquez ici pour prendre RV avec un.e assistant.e social.e du Crous. » Désormais à Bordeaux, inutile de se rendre jusqu’au majestueux siège de la rue du Hamel, un ancien couvent situé à deux pas de la Garonne, pour trouver le service social du « centre régional des œuvres universitaires et scolaires » (Crous). Il suffit de se choisir un créneau horaire sur mesrdv.etudiant.gouv.fr... Le moment venu, Covid-19 oblige, l’entretien se fera par téléphone, uniquement - pour une durée prévue de 30 minutes.

Un accès pour 140 000 étudiants

« Quand je suis arrivée pour réorganiser le service, j’ai demandé des ordinateurs et des téléphones portables pour tous les collègues », se félicite aujourd’hui la responsable, Anie Bellance. « Dès lors, en mars 2020, avec le premier confinement, il n’a pas été difficile de passer toute l’équipe en télétravail. » Ainsi un accès à des assistants sociaux a-t-il pu être maintenu, pour les quelque 140 000 étudiants de l’académie de Bordeaux, dont 38 000 sont boursiers. Mieux encore, la conseillère technique de service social a pu renouveler et renforcer ses effectifs avec, depuis septembre, 11 « AS » (dont un homme) et une secrétaire, sans compter les stagiaires.

Besoins redoublés