menuMENU
Reportage07 février 2020
Accès libre
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Dans le Loiret, les personnes handicapées préparées à aller voter

Lors des élections municipales, de nombreuses personnes handicapées sous tutelle iront voter pour la première fois. Dans le Loiret, quatre associations ont lancé un plan d’action pour les accompagner à cet acte citoyen. Première partie de notre reportage à Gien le 31 janvier lors d’un forum de sensibilisation.

« Quel est l’âge pour voter en France ? Une personne handicapée peut-elle voter ? Est-ce que le juge peut retirer son droit de vote à une personne handicapée ? Pour combien de temps le maire est-il élu ? ». Après chaque question, Julie Beauvais, chargée de projets à l’Adapei (Association départementale des amis et parents d'enfants inadaptés) du Loiret, marque une pause. Autour d’elle, une vingtaine d’adultes porteurs d’une déficience intellectuelle, lance leurs réponses, souvent justes. Ce quiz est l’une des quatre activités qui leur est proposé ce 31 janvier dans une salle communale de Gien [1].

Première fois

Accompagnés par leurs éducateurs ou leurs parents, ces adultes de tous âges se sont déplacés pour participer à une sensibilisation au vote, qui, outre le quiz, se traduit par la projection de deux vidéos pédagogiques et humoristiques (voir en bas de l'article) et surtout, la mise en situation de vote.

Car pour la plupart, les élections municipales de mars prochain seront une première. La loi "Justice" du 23 mars 2019 a en effet supprimé la possibilité pour le juge de retirer le droit de vote à une personne sous tutelle. Depuis, les plus avertis s’étaient déplacés pour les dernières élections européennes mais la majorité des personnes concernées exercera ce nouveau droit pour la toute première fois le 15 mars prochain.

Près de 7 000 personnes

Rien que dans le Loiret, près de 7 000 personnes en situation de handicap seraient concernées, d’après les quatre associations – l’Adapei 45, les PEP 45, l’Apajh Loiret et l’Udaf (Union départementale des associations familiales) 45 - qui ont lancé un plan d’action commun pour les préparer.

Comment ? En envoyant des courriers en Facile à lire et à comprendre (Falc) aux personnes concernées pour les informer de ce nouveau droit et en mobilisant leurs établissements et services. Mais aussi en contactant les mairies dans lesquelles les quatre associations gèrent des structures, les invitant à quatre réunions de sensibilisation réparties sur le territoire (à voir dans la seconde partie de notre reportage).

Inscription sur les listes

Dans les établissements, il a fallu d’abord aider les personnes volontaires, à s’inscrire sur les listes électorales. Pas une mince affaire lorsque l’adresse de la carte d’identité de la personne est celle de son tuteur, souvent celle du service mandataire. Résultat, « certaines mairies refusaient de les inscrire sur les listes de la commune de leur foyer d’hébergement », déplore Julie Beauvais, précisant qu’il a alors fallu fournir une série de documents (factures et justificatifs de domicile).

Reconstituer un bureau de vote

Au-delà des obstacles administratifs, les professionnels sont là pour lever les appréhensions. D’où l’idée de cet exercice. Deux isoloirs, une urne, la feuille d’émargement, des faux bulletins, des enveloppes bleues… tout le matériau d’un bureau de vote a été disposé de façon à simuler, au plus près de la réalité, l’acte du vote. Les unes après les autres, accompagnées par les professionnels et les bénévoles, les personnes passent chaque étape.

« Le plus dur, c'est de s'y retrouver dans les bulletins », explique Gilles.
Sylvie s'est exercée à voter et repart avec le mode d'emploi du vote en Falc réalisé par l'Adapei de Soissons (02).

« Heureusement, c'est faux »

Un exercice qui ne lève pas toutes les inquiétudes comme en témoigne Gilles, travailleur handicapé accompagné par l’Adapei : « Le plus dur, c’est de s'y retrouver dans les bulletins mais je me ferai accompagner ». À quelques mètres, Sylvie semble ravie : « C'est bien de s'entraîner car il y a beaucoup de papiers », mais « heureusement, c’est faux aujourd’hui ».

« Quelque chose de mystérieux »

Ce jour-là, les personnes s’exercent à plusieurs reprises pour intégrer toutes les étapes. Un coup d’essai qui « complète bien le travail réalisé dans le foyer », explique Joëlle Holin, accompagnante éducative et sociale au foyer Le Clair Ruisseau à Poilly-lez-Gien, et qui soutient une quarantaine de personnes dont une vingtaine veut voter. « Lorsque la loi est passée, nous leur avons tout de suite parlé de ce nouveau droit, ce qui a suscité beaucoup de questions, le vote était quelque chose de mystérieux », poursuit-elle. La démarche de l’équipe est complète : aide à l’inscription sur les listes, visite du bureau de vote en amont, échanges sur les programmes…

Faire venir les candidats

« Nous allons tenter de faire venir les candidats dans le foyer », précise-t-elle aussi, faisant valoir que pour des petites communes, une vingtaine de voix « ce n’est pas rien ».

D’ici fin mars, « nous n’allons pas cesser régulièrement de reparler des élections pour que cela ne soit pas trop angoissant », poursuit-elle. Le jour J, il faudra bien choisir le créneau horaire pour « qu’il n’y ait pas d’attente », et ajoute : « nous les accompagnerons jusqu’à la porte du bureau de vote mais pas au-delà ».

Multiples initiatives

À l’image de l’initiative inter-associative, de nombreuses associations, parfois épaulées par des conseils départementaux comme dans La Manche (50), proposent des actions de sensibilisation et des outils permettant à ce droit d’être pleinement exercé. S’il est peu probable que les 300 000 personnes sous tutelle désormais concernées par le nouveau droit l’exercent cette année, nul doute que ces démarches porteront leurs fruits dans les années à venir.

[1] Les gagnants du quiz ont reçu le diplôme du meilleur électeur (voir vidéo ci-dessous). 

A suivre : la seconde partie du reportage sur la sensibilisation des élus !

NoémieCOLOMB (texte), Benjamin LENEVEUT (vidéo)
ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportage & enquêtes
Découvrez nos offres