menuMENU
Article03 juillet 2020
Abonnés
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Après le Covid-19, « il faut renforcer le rôle des ARS », selon Jean-Yves Grall

Dans la pandémie, les agences régionales de santé (ARS) ont su remplir leurs missions, estime le porte-voix de leurs directeurs généraux. Jean-Yves Grall suggère de renforcer leurs implantations départementales et leurs capacités d'adaptation locale.

« Contrairement à ce qui est dit de façon peu argumentée, les ARS ont fait un travail considérable pendant la crise et elles n'ont pas à rougir. » Alors que les coups pleuvent sur les agences régionales de santé (ARS), le représentant de leurs directeurs généraux (DG) est venu s'en faire l'avocat, le 2 juillet, face à l'Association des journalistes de l'information sociale (Ajis).

Le docteur Jean-Yves Grall, il est vrai, gouverne celle d'Auvergne-Rhône-Alpes, qui a dû affronter dès février le premier foyer français de Covid-19, aux Contamines-Montjoie (Haute-Savoie). « Et cela fait cinq mois que nous sommes sur le pont », souligne-t-il, rendant hommage à « l'abnégation » des personnels.

Réactivité et coordination

En atteignant leur dixième anniversaire en pleine pandémie, ces agences, à ses yeux, ont pu prouver leur « réactivité », ainsi que leurs « possibilités de coordination » avec les préfets comme avec les élus locaux. Par le traçage des contacts des personnes contaminées, par l'organisation des réanimations, par la mobilisation des laboratoires, mais aussi par leurs réponses aux Ehpad, « objectivement, les ARS ont rempli leurs rôles », juge Jean-Yves Grall.

100 000 masques