menuMENU
Brève04 juin 2020
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Affaire Marina : la France condamnée par la CEDH

L'affaire remonte maintenant à 11 ans, mais qui l'a oublié ? En 2009, la petite Marina, 8 ans, succombait à six ans de maltraitances et de tortures infligées par ses parents. Ceux-ci ont été condamnés dans la Sarthe à 30 ans de réclusion (voir note). Restait à juger la responsabilité des autorités françaises, accusées par certains de ne pas avoir pris au sérieux les alertes, notamment de la part d'une directrice d'école en juin 2008.

Saisie par les associations Enfance en partage et Innocence en danger, la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) vient de reconnaître la responsabilité de la France dans cette affaire. « La Cour conclut que le système a failli à protéger [Marina] des graves abus qu’elle a subis de la part de ses parents et qui ont d’ailleurs abouti à son décès », indique la décision.

Les magistrats européens ne comprennent pas pourquoi les autorités nationales n'ont pas interrogé les enseignantes qui avaient constaté 16 lésions sur le corps de l'enfant, n'assurant ainsi pas sa protection. En conséquence de quoi, la France est considérée comme ayant violé l'article 3 de la convention européenne des droits de l'Homme qui interdit « la torture et les traitements inhumains et dégradants ».

A lire, dans les archives de tsa-quotidien, l'article du 20 juillet 2012 : Le procès Marina est passé, les passions restent.

ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres