menuMENU
Brève07 juin 2022
Réagir
Réagir
Imprimer
Télécharger

Législatives : la Fnapaef demande de profonds changements pour le grand âge

La Fédération nationale des associations et des amis de personnes âgées et de leurs familles (Fnapaef) s'adresse aux candidats aux élections législatives. Elle souhaite que les réformes soient engagées dans les 100 premiers jours (d'ici début octobre) et que « des rencontres de suivi des actions » se tiennent en décembre 2022.

Parmi les réformes demandées : confier la gestion de la 5e branche à la Sécurité sociale (et non plus à la CNSA), adopter la loi Grand âge, maintes fois promise, sur la base du rapport Libault, organiser une vraie filière gériatrique accordant des moyens conséquents aux services d'aide à domicile. Les personnels devront disposer de « qualifications de qualité, de bonnes conditions de travail, [d'une] évolution de carrière et [d'une] juste rémunération », précise la Fnapaef.

Par ailleurs, la fédération réclame, à la lumière de l'affaire Orpea, qu'on « mette fin à la marchandisation de la santé comme du vieillissement ». Elle s'inquiète du fait que des structures associatives ou publiques ont copié les méthodes de gestion du secteur commercial. Enfin, la Fnapaef appelle à la mise en œuvre des conditions permettant une vraie démocratie participative. À cet égard, elle se montre très critique sur le décret du 25 avril rénovant les conseils de la vie sociale (CVS), qui n'aurait pas « levé toutes les ambiguïtés » initiales. 

À lire également : 

ABONNEMENT
Accédez à l'intégralité de nos contenus
  • Articles & brèves
  • Vidéos & infographies
  • Longs formats & dossiers juridiques
  • Reportages & enquêtes
Découvrez nos offres